Actuel

Le peuple veut plus de vacances

Les trois quarts de la population et presque 90 pour-cent des personnes actives souhaitent avoir plus de vacances que les quatre semaines légales actuelles. Le souhait d’avoir plus de vacances est particulièrement fort chez les familles avec des enfants (83%), pour les personnes avec des revenus moyens (88%) et chez les jeunes (89%). Avec environ 60 pour-cent de OUI, l’adhésion à l’initiative « 6 semaines de vacances pour tous » est stable malgré la période de crise. suite

Le 11 mars, la population ayant le droit de vote va décider par les urnes de l’avenir de l’initiative « 6 semaines de vacances pour tous ». Malgré des scénarios économiques catastrophiques et la crise de l’euro, l’adhésion à cette initiative est stable et se situe à environ 60 pour-cent de OUI. Ce sont surtout les personnes actives professionnellement (60%), les familles avec des enfants (66%) et les jeunes (77%) qui disent clairement OUI à plus de vacances.

Un grave conflit de générations s’annonce

Alors que la population active de toutes les catégories d’âge est en faveur de la votation, le OUI n’obtient pas la majorité auprès des retraités (39% OUI, 49% NON). Si ceux qui ne doivent plus travailler refusent d’accorder aux actifs des vacances bien méritées, c’est bien un grave conflit entre générations qui s’annonce.

08 janvier 2012, Martin Flügel, Président et Susanne Blank, Responsable politique économique

Moins de vacances jusqu’à 40 ans, plus de vacances dès 60 ans

Travail.Suisse a analysé les modifications du droit aux vacances dans les conventions collectives de travail et le secteur public. Le résultat fait l’effet d’une douche froide : beaucoup de statu quo, quelques détériorations pour les travailleuses et travailleurs au-dessous de 40 ans et peu d’amélioration pour ceux de 60 ans et plus. suite

Travail.Suisse, l’organisation indépendante de 170’000 travailleuses et travailleurs, a analysé en 2010 déjà les réglementations des vacances de nombreuses conventions collectives et règlements du personnel du secteur public. Les résultats sont publiés sous www.calculateurdevacances.ch. L’analyse a été mise à jour (cf. quelques résultats dans l’annexe) et les modifications ont été évaluées. Les résultats font l’effet d’une douche froide.

Globalement peu de modifications

Dans la plupart des textes examinés, il n’y a eu aucune modification. C’est le cas de la majorité des règlements cantonaux et communaux, mais aussi des CCT de Coop et Migros, des employés de banque Suisse ou de l’industrie des machines. Les exceptions se trouvent dans la CCT nationale de l’hôtellerie-restauration, qui accorde maintenant 5 semaines de vacances pour tous les travailleurs et travailleuses, ainsi que celle des CFF-Cargo, avec une modeste augmentation de 25 à 26 jours. Dans la CCT du secteur de la construction, il y a une amélioration en faveur des travailleurs âgés (cf. ci-dessous).

Moins de vacances jusqu’à 40 ans

Le droit aux vacances a même été réduit dans quelques CCT et règlements cantonaux. Ainsi, dans la CCNT pour l’artisanat du métal, les vacances ont passé de 25 à 22 jours pour tous les salarié-e-s, dans la construction des machines de 25 à 22 jours pour la tranche d’âge de 20 à 30 ans, respectivement à 23 jours pour les 30-40 ans, ou dans la CCN de l’industrie du meuble de 25 à 20 jours pour les 20-40 ans, respectivement 21 jours pour les 40-50 ans. Dans le canton d’Argovie, le droit aux vacances a passé de 25 à 22 jours pour les 20-40 ans tandis qu’en Appenzell Rhodes Intérieures il a été réduit de 25 à 20 jours pour tous les 20-50 ans.

Un peu plus de vacances pour les travailleuses et travailleurs âgés

On constate quelques rares améliorations pour les travailleurs et travailleuses âgés. Ainsi le droit aux vacances de la CCT des entreprises de commerce zurichoises augmente chaque année d’un jour dès l’âge de 60 ans. Chez Swisscom, dans l’industrie graphique et la technique du bâtiment, il y a une augmentation de 25 à 30 jours dès la soixantaine et, dans la CCT pour les échafaudeurs suisses et la CN pour le secteur principal de la construction, dès l’âge de 50 ans.

Nous approuvons naturellement ces améliorations pour les travailleuses et travailleurs âgés, qui montrent que l’effet de repos est également reconnu par les employeurs. Mais pour prévenir les surcharges chroniques et protéger la santé, elles arrivent trop tard et ne produisent strictement aucun effet.

Seuls 40 % des travailleuses et travailleurs sont soumis à une CCT

Il faut cependant tenir compte du fait qu’en Suisse, pour ce qui concerne le droit aux vacances, seuls 40 % des travailleuses et travailleurs sont soumis à une CCT. Tous les autres sont renvoyés au minimum légal de quatre semaines. Les vacances supplémentaires reposent donc sur le bon vouloir de l’employeur, qui peut les supprimer en tout temps.

Les résultats des 220 conventions collectives de travail ainsi que des règlements du personnel de tous les cantons et de nombreuses villes importantes sont disponibles dès le 11 janvier 2012 sur www.travailsuisse.ch.

28 décembre 2011, Martin Flügel, Président et Susanne Blank, Responsable politique économique

Les hôteliers scient la branche sur laquelle ils reposent

Les hôteliers suisses mènent la bataille contre plus de vacances sur le terrain politique. Travail.Suisse, l’organisation faîtière indépendante de 170’000 travailleurs et travailleuses, et qui est derrière l’initiative populaire « 6 semaines de vacances pour tous », ne peut que secouer la tête. Les hôteliers scient ainsi la branche sur laquelle ils reposent. Car, dans le tourisme, plus qu’ailleurs, les vacances créent du travail. suite

A l’occasion d’une invitation pour les parlementaires, hotelleriesuisse a élu aujourd’hui Madame la Conseillère nationale Barbara Schmid-Federer comme la parlementaire la plus ouverte aux intérêts du tourisme. Ce choix a été fait notamment parce que Madame Schmid-Federer a rejeté l’initiative « 6 semaines de vacances pour tous » qui est soumise au vote le 11 mars 2012.

Voilà une prise de position surprenante pour une fédération professionnelle qui vit des vacances plus que d’autres. D’autant plus qu’hotelleriesuisse exige simultanément des mesures de compensation pour le franc fort. Les hôtes suisses sont la meilleure mesure à cet égard. Plus de vacances en Suisse augmente ainsi le potentiel de clients résistants au taux de change. Ou plus brièvement dit : plus de vacances crée du travail.

20 décembre 2011, Martin Flügel, Président

Oui au prix unique du livre, non à l’initiative sur l’épargne-logement

Travail.Suisse, l’organisation faîtière indépendante de 170’000 travailleuses et travailleurs, recommande d’accepter la loi sur le prix unique du livre et de rejeter l’initiative sur l’épargne-logement. suite

Lors de sa séance du 7 décembre 2011, le comité de Travail.Suisse s’est saisi des projets qui passeront en votation le 11 mars 2012 en sus de son initiative « 6 semaines de vacances pour tous ». Il a décidé de recommander d’adopter la loi fédérale sur la réglementation du prix du livre. Le prix unique du livre garantit la diversité de l’assortiment à un bon prix. Selon les expériences faites dans d’autres pays, l’abandon du prix unique du livre fait baisser le prix d’un petit nombre de livres (bestsellers) mais renchérit tous les autres, ce qui entraîne tôt ou tard un appauvrissement de l’assortiment.

Selon la recommandation du comité de Travail.Suisse, l’initiative sur l’épargne-logement doit être rejetée. En effet, ce sont les personnes aisées qui profiteraient le plus de ces déductions fiscales, alors qu’elles peuvent construire sans cette aide. Or la perte de recettes fiscales doit être compensée. En outre, du fait des possibilités de retraits anticipés de la prévoyance professionnelle et de la prévoyance liée (2e et 3e piliers), il existe déjà des instruments fiscaux privilégiés pour favoriser la propriété du logement.

En ce qui concerne l’arrêté fédéral sur l’initiative populaire « Pour des jeux d’argent au service du bien commun » et l’initiative populaire « Pour en finir avec les constructions envahissantes de résidences secondaires », Travail.Suisse ne donne aucun mot d’ordre.

08 décembre 2011, Martin Flügel, Président et Therese Schmid, Responable de l’administration

Vacances: Du temps et de l’espace pour ce qui a été négligé

Les vacances permettent d’avoir du temps et de l’espace pour des activités autrement négligées dans la vie quotidienne. Toutefois, les vacances sont inégalement réparties en Suisse. Le 11 mars 2012, nous voterons sur la question de savoir si l’on accordera ou non à tous les travailleurs et travailleuses au moins six semaines de vacances par an. Travail.Suisse a la conviction qu’il est temps de réduire peu à peu, au cours des prochaines années, les différences et d’introduire dans la loi le nouveau minimum de six semaines. suite

Les vacances jouent une part importante dans notre vie. Elles créent le temps et l’espace nécessaires à des activités que l’on doit négliger autrement dans la vie quotidienne.

Davantage de temps et d’espace pour la famille, par exemple

Le quotidien d’une famille moderne est souvent trépidant. Tous les membres de la famille sont accaparés par leurs propres activités et obligations. Les moments passés ensemble sont rares. Les vacances agissent comme un bon contrepoids, et permettent de renforcer l’esprit communautaire. De mon côté, j’ai fait avec ma famille (mes parents, mes frères et soeurs, mes propres enfants) de nombreuses expériences importantes que les vacances ont rendues possibles.

Davantage de temps et d’espace pour accomplir des tâches privées, par exemple

Les gens sont confrontés à de nombreuses tâches et obligations qui dépassent de loin leurs tâches et obligations professionnelles et qu’il est souvent difficile de caser dans la vie quotidienne. Il faut alors solliciter des jours de congé (vacances). Mais tous les travailleurs et travailleuses ne disposent pas d’un même capital vacances. Celui qui n’a droit qu’aux quatre semaines prévues par le Code des obligations est fortement désavantagé en ce qui concerne l’accomplissement de ses tâches et obligations privées.

Davantage de temps et d’espace pour se détendre et se reposer, par exemple

Il faut du temps pour se reposer véritablement. Pour pouvoir récupérer réellement, il faut avoir la possibilité, sur une période assez longue, de « décrocher » complètement de la vie professionnelle. Celui qui a la chance de jouir de cette possibilité grâce à des vacances assez longues peut rester en forme professionnellement et motivé plus longtemps.

Davantage de temps et d’espace pour réaliser ses rêves de toujours, par exemple

Même lorsqu’on est satisfait de sa vie quotidienne, cela ne veut pas dire que l’on ne caresse pas encore quelques rêves. Les vacances créent le temps et l’espace nécessaires pour concrétiser certains (petits) d’entre eux. Ce sont souvent les souvenirs de rêves réalisés qui donnent à sa propre vie sa tonalité et son contenu.

Davantage de temps et d’espace pour la formation et la culture, par exemple

Les vacances permettent à chacun d’entrer en contact avec certaines choses pour lesquelles il n’y a souvent guère de place au quotidien : se concentrer à nouveau sur un livre, visiter des lieux culturels intéressants ou des musées instructifs, découvrir de nouvelles régions captivantes ou faire de nouvelles rencontres. Les vacances permettent d’élargir son horizon, d’étendre son propre univers. Elles permettent aussi de mieux comprendre sa propre existence, parce qu’on peut la comparer avec celle d’hommes ayant vécu en d’autres temps, dans d’autres cultures ou d’autres pays.

Les vacances jouent donc un rôle important dans notre vie. Il est temps de réduire peu à peu, au cours des prochaines années, les différences en ce qui concerne la durée des vacances et d’introduire dans la loi le nouveau minimum de six semaines.

21 novembre 2011, Bruno Weber-Gobet, Responsable politique de formation

RSS | D | F | Info juridiques | Impressum | Sitemap | Full Site | LOGIN