Actuel

Répartition juste d’un temps de vie librement disponible

En mars 2012, nous allons voter sur l’initiative « 6 semaines de vacances pour tous ». Mais cela ne sera pas facile pour tous les votants lorsqu’ils rempliront leur bulletin de vote. En effet, certains le vivent comme un vrai dilemme. Ils souhaiteraient voter contre mais ils savent qu’ils bénéficient eux-mêmes, déjà, de plus de vacances que les quatre semaines prescrites légalement et qu’en plus, ils ne vivent pas le fameux partenariat social tant encensé.

29 août 2011, Bruno Weber-Gobet, Responsable politique de formation

Six semaines de vacances pour tous, c’est possible!

Après avoir analysé plusieurs conventions collectives de travail (CCT), Travail.Suisse, l’organisation faîtière indépendante de 170’000 travailleurs, constate que certaines branches et entreprises ont déjà reconnu aujourd’hui l’importance de travailler avec des collaborateurs reposés et motivés. Pour elles, et du moins en ce qui concerne leurs collaborateurs d’un certain âge, six semaines de vacances ne sont plus une utopie, mais une réalité.

20 juin 2011, Martin Flügel, Président

6 semaines de vacances en souffrance – au peuple de jouer !

Aujourd’hui, le Parlement a rejeté en votation finale l’initiative populaire « 6 semaines de vacances pour tous ». Cela montre que la majorité des parlementaires se fout complètement de la santé et de la capacité de travail à long terme des travailleuses et des travailleurs. Pour Travail.Suisse, il est clair que les travailleuses et les travailleurs ne vont certainement pas se laisser faire. Maintenant, le dernier mot appartient au peuple qui pourra imposer lui-même – probablement le 11 mars 2012 – l’augmentation tant attendue des vacances par un oui dans les urnes. suite

Les discussions aux Chambres fédérales sur l’initiative populaire « 6 semaines de vacances pour tous » ont mis au grand jour une indifférence choquante à l’égard des travailleuses et des travailleurs. La majorité du Parlement n’est pas prête à entériner des progrès en leur faveur quand bien même la croissance de la charge de travail et ses conséquences négatives sur la santé sont universellement reconnues.

Equilibre entre travail et repos : aucune chance au Parlement
Non seulement l’initiative « 6 semaines de vacances pour tous », mais aussi les contre-propositions pour 5 semaines de vacances ou visant à échelonner l’augmentation des vacances par groupes d’âge n’ont pas trouvé grâce aux yeux des parlementaires. Mais un nouvel équilibre entre le travail et le repos ne peut plus attendre. De nombreuses personnes travaillent aujourd’hui à la limite de leurs possibilités, ce qui entraîne des coûts médicaux à hauteur de 10 mia. de francs par an et une augmentation considérable du risque d’invalidité à partir de 55 ans.

11 mars 2012 : décision populaire sur l’amélioration des conditions de travail
L’initiative reste donc nécessaire pour prévenir efficacement les dommages à la santé des travailleuses et des travailleurs. Un sondage représentatif effectué en novembre 2010 a montré qu’une majorité significative de la population (61 %) approuve l’initiative « 6 semaines de vacances pour tous ». Le dernier mot appartient maintenant à la population qui pourra imposer l’augmentation tant attendue des vacances avec un oui dans les urnes le 11 mars 2012.

17 juin 2011, Susanne Blank, Responsable politique économique

Manque de respect face aux travailleurs et travailleuses

Travail.Suisse, l’organisation faîtière de 170’000 travailleurs et travailleuses est choquée par le manque de respect avec lequel la majorité du Conseil des Etats a décidé des prestations et de la santé des travailleurs et travailleuses. La discussion d’aujourd’hui sur l’initiative populaire «6 semaines de vacances pour tous » montre que les conséquences de la surcharge de travail sur la productivité de l’économie et de la société suisses continuent à être ignorées. suite

La productivité du travail des travailleurs et travailleuses a fortement augmenté en Suisse par le biais de la globalisation et du rôle accru de la technologie. La charge à la place de travail a très fortement augmenté. Beaucoup de travailleurs et travailleuses s’approchent ou sont même à la limite de leurs capacités. Les coûts de la santé de la surcharge de travail sont d’environ 10 milliards de francs par an. A cela s’ajoute un risque d’invalidité en forte hausse pour les travailleurs dès l’âge de 55 ans. Il devient urgent de trouver un nouvel équilibre entre le travail et le repos. Six semaines de vacances permettrait aux travailleurs et travailleuses de recharger à nouveau leurs batteries et de mieux résister à la charge de travail à la place de travail.

Le lien entre la charge de travail croissante et la nécessité du repos a été complètement ignoré aujourd’hui par la majorité du Conseil des Etats. Les travailleurs et travailleuses doivent travailler jusqu’à ce qu’ils ne le puissent plus, puis qu’ils se débrouillent. Cette attitude témoigne d’un manque de respect sans nom face aux travailleurs et travailleuses en Suisse.

L’initiative reste le seul moyen pour conserver la santé des travailleurs et travailleuses à long terme. Pour Travail.Suisse, il est clair que ceux-ci n’accepteront pas l’attitude du Parlement et corrigeront sa décision par un oui dans les urnes à l’initiative « 6 semaines de vacances pour tous ».

07 juin 2011, Susanne Blank, Responsable politique économique

Avoir à coeur la santé des travailleurs et travailleuses !

Demain, mardi 7 juin 2011, le Conseil des Etats traitera de l’initiative „6 semaines de vacances pour tous“ de Travail.Suisse. L’organisation faîtière indépendante de 170’000 travailleuses et travailleurs demande aux représentantes et représentants des cantons de décider en faveur de la santé et de la capacité de prestation à long terme des travailleuses et travailleurs et de dire oui à l’initiative. suite

La Suisse a mené à bien un renouvellement intensif des structures économiques. La productivité et la compétitivité de l’économie suisse ont massivement augmenté, les bénéfices des entreprises ont littéralement explosés. Pour les travailleurs et travailleuses par contre, cette mutation structurelle aura surtout été liée à une forte augmentation de la charge de travail et du stress. Des conséquences directes sur la santé, une augmentation des cas d’invalidité et plus de retraites anticipés pour des raisons de santé en sont les conséquences.

C’est un fait que

- le stress et la pression du temps sont les risques de santé les plus souvent nommés, ils coûtent aujourd’hui déjà 10 milliards de francs par année;

- 20 pour cent des actifs sont bénéficiaires de l’AI avant l’âge normal de la mise à la retraite;

- 40 pour cent des mises à la retraite anticipée forcée ont lieu pour des raisons de santé;

- avec 44 heures par semaine, la durée hebdomadaire de travail des travailleurs et travailleuses en Suisse est la plus longue en Europe ;

- avec 20 jours de congé légal par année, les travailleurs et travailleuses en Suisse occupent la lanterne rouge en Europe.

Les travailleurs et travailleuses ont besoin d’un nouvel équilibre et de plus de repos. Une compensation sous la forme de plus de vacances est la plus indiquée car il n’y a que les vacances qui permettent le repos complet et nécessaire sur le plan de la santé. Six semaines de vacances permettent aux travailleurs et travailleuses d’interrompre au moins deux fois par année la charge permanente à la place de travail, de se reposer complètement et de maintenir à long terme leur capacité de prestation.

Demain, le Conseil des Etats aura l’occasion de montrer la valeur qu’il accorde à la santé des travailleurs et travailleuses. Avec l’initiative « 6 semaines de vacances pour tous » il dispose d’une proposition pour une compensation efficace et ciblée de la charge élevée au lieu de travail, actuelle et future.

06 juin 2011, Susanne Blank, Responsable politique économique

Informations juridiques | Impressum | Sitemap | Full Site | LOGIN