Actuel

61 pour cent de oui à l’initiative de Travail.Suisse « 6 semaines de vacances pour tous »

Une nette majorité de la population dit oui à l’initiative « 6 semaines de vacances pour tous ». C’est ce qui ressort d’un sondage représentatif effectué sur mandat de Travail. Suisse, l’organisation faîtière indépendante de 170’000 travailleuses et travailleurs. Ce résultat montre qu’une majorité de la population estime qu’une nouvelle compensation de la charge de travail accrue est une bonne chose. Travail.Suisse demande à la Commission de l’économie du Conseil national de souscrire à ce résultat et d’approuver l’initiative. suite

La vie active n’est pas un sprint, mais un marathon. Ces deux dernières décennies, les tensions au travail ont énormément augmenté. Pour nombre de travailleuses et travailleurs la charge maximale est dépassée. Cette situation engendre aujourd’hui déjà un nombre croissant de problèmes de santé, sans parler de celui des cas d’invalidité et de nombreuses retraites anticipées pour raisons de santé. En outre, avec l’évolution démographique, les conséquences négatives pour les travailleuses et travailleurs qui doivent endurer une charge de travail élevée et pour l’ensemble de l’économie nationale vont encore augmenter.

Plus de vacances sont nécessaires pour la protection de la santé et la capacité de prestation à long terme

Compte tenu de la charge de travail de plus en plus lourde, il est donc impératif de rééquilibrer travail et temps de repos. Six semaines de vacances sont le moyen adéquat pour y parvenir, car seules les vacances permettent aux travailleuses et travailleurs de se reposer vraiment. La population l’a bien compris. Travail.Suisse demande à la Commission de l’économie du Conseil national de faire également preuve de perspicacité au cours de sa séance du matin en souhaitant protéger la santé et la capacité de prestation à long terme des travailleuses et travailleurs, donc en approuvant l’initiative « 6 semaines de vacances pour tous ».

22 novembre 2010, Martin Flügel, Président et Susanne Blank, Responsable politique économique

La Suisse est la lanterne rouge

Il existe plusieurs statistiques internationales visant à dénombrer les jours fériés et les vacances . Si les résultats diffèrent selon la source de données utilisée, ils révèlent toutefois – tous sans exception – que les travailleurs de Suisse ont moins de vacances et de jours fériés que d’autres en comparaison européenne.

20 septembre 2010, Eva Linder, Relations publiques

La vie active n’est pas un sprint, mais un marathon

Seuls des collaborateurs en bonne santé peuvent satisfaire aux hautes exigences de l’actuelle compétitivité du secteur professionnel. Cela sous-entend une redéfinition de l’équilibre entre travail et loisirs. Une augmentation du temps de vacances constitue un pas dans la bonne direction.

06 septembre 2010, Martin Flügel, Président

A combien de vacances ai-je droit ? Travail.Suisse lance le « calculateur de vacances » en ligne

Les vacances d’été sont à la porte. C’est à point nommé que Travail.Suisse, l’organisation faîtière indépendante de 170’000 travailleurs/travailleuses publie le « calculateur de vacances » en ligne. Cet outil calcule les droits actuels aux vacances et permet de comparer les situations en changeant certaines données comme la branche, etc. Le calculateur en ligne est de grande envergure puisqu’il couvre plus que 220 contrats auxquels sont assujetties plus de 1’330’000 million de personnes. suite

Dès maintenant, on trouve sur le site internet de Travail.Suisse (www.travailsuisse.ch) ou directement à l’adresse www.calculateurdevacances.ch un outil pratique sur le sujet de vacances et en particulier le droit aux vacances. Après avoir fait le choix d’une branche, d’une convention collective de travail ou d’un règlement du personnel et avoir indiqué l’âge et l’ancienneté dans la même entreprise, le droit aux vacances est calculé et indiqué dans un graphique. En outre, on reçoit des informations complètes sur le contrat choisi, comme par exemple la durée de validité, le nombre des personnes assujetties, etc.

Droit aux vacances dans les conventions collectives de travail en Suisse

D’une manière générale, il existe une grande inégalité du droit aux vacances entre les Conventions collectives de travail (CCT) et la loi, et également entre les CCT des différentes branches ou entreprises. Cette inégalité augmente fortement avec l’avancée en âge des travailleurs et travailleuses. Par ailleurs, le droit aux vacances augmente dans beaucoup de CCT à partir de l’âge de 50 ans. Cela montre que les employeurs reconnaissent l’octroi de davantage de vacances aux travailleurs et travailleuses plus âgés comme une mesure judicieuse et praticable pour rééquilibrer la charge élevée de travail.

L’initiative « 6 semaine de vacances pour tous » : Un investissement pour la santé et la capacité de prestation à long terme

Pour Travail.Suisse, il est clair que de nombreux travailleurs et travailleuses deviennent malades à cause de la charge de travail élevée d’aujourd’hui, ce qui réduit fortement leur capacité de prestation à long terme. C’est la raison pour laquelle Travail.Suisse a déposé en juin 2009 l’initiative populaire intitulée « 6 semaines de vacances pour tous », qui demande l’augmentation du droit minimum aux vacances de quatre à six semaines pour tous. L’initiative est prête à être traitée par les chambres fédérales. C’est une avancée importante : enfin va-t-on débattre, dans le public et au niveau politique, du problème sérieux que le monde du travail connaît aujourd’hui et auquel il est urgent d’apporter une solution. Le « calculateur de vacances » reconnaît cette problématique et y contribue en permettant la comparaison entre le droit aux vacances de l’utilisatrice/utilisateur avec le futur droit aux vacances gagné jusqu’à l’âge de 64 et 65 ans grâce à la solution proposée par l’initiative.

01 juillet 2010, Eva Linder, Relations publiques

Un Conseil fédéral naïf et cynique

En raison de la charge de travail élevée, de nombreux travailleurs et travailleuses deviennent malades, ce qui réduit fortement leur capacité de prestation à long terme. Il en résulte des coûts économiques d’environ 10 Mia. de francs par an. En refusant une amélioration de la réglementation des vacances, le Conseil fédéral ferme les yeux sur ce problème. Pour Travail.Suisse, l’organisation faîtière indépendante de 170’000 travailleurs/euses, l’attitude du Conseil fédéral est cynique envers les travailleurs/euses et naïve sur le plan économique. suite

La prestation des travailleurs et travailleuses est la base de la prospérité en Suisse. Les exigences accrues de l’économie, les restructurations constantes et l’accélération du rythme de travail ont conduit à une augmentation massive de la charge de travail. Selon le rapport « Travail et santé », de l’an 2009, le stress et la pression temporelle sont, avec 62 pour cent, les risques les plus fréquemment nommés pour la santé au travail. A cela s’ajoutent des douleurs telles que maux de tête et de dos, troubles digestifs, insomnies, troubles cardiaques et circulatoires etc. Cela coûte aujourd’hui déjà 10 Mia. de francs par an.

Une charge de travail élevée met en danger la santé et la prospérité
A court terme, le succès économique et une charge dangereuse pour la santé sont certes conciliables. Mais à long terme, ce n’est que si les travailleurs/euses ont suffisamment de compensation et de repos qu’ils pourront apporter la contribution élevée qui garantit la prospérité de la Suisse. Cela est d’autant plus vrai que les travailleurs et travailleuses deviennent plus âgés en raison de l’évolution démographique. Déjà aujourd’hui, environ 20% des actifs ont une rente d’invalidité peu avant l’âge de la retraite et 40% des retraites anticipées non volontaires sont dus à des problèmes de santé.

Sans contremesures, la charge élevée de travail, combinées avec l’évolution démographique, aura un effet fatal sur la prospérité de la Suisse.

Plus de vacances pour la santé et la capacité de prestation des travailleurs/euses
Le droit légal aux vacances est resté le même depuis 25 ans. Avec l’initiative « 6 semaines de vacances pour tous », Travail.Suisse veut améliorer la compensation de la charge de travail accrue. Les vacances sont le moyen idoine pour y parvenir car elles permettent une régénération complète et régulière. En outre, de plus longues vacances représentent une contribution juste et adéquate aux gains de productivité des vingt dernières années.

En disant catégoriquement non à l’initiative de Travail.Suisse « 6 semaines de vacances pour tous », le Conseil fédéral refuse même de prendre connaissance du problème de la charge élevée de travail. Travail.Suisse juge cette attitude cynique vis-à-vis des travailleurs/euses fortement sollicités et naïve dans la perspective de l’évolution économique future de la Suisse.

18 juin 2010, Martin Flügel, Président et Susanne Blank, Responsable politique économique

Informations juridiques | Impressum | Sitemap | Full Site | LOGIN