Actuel

Maîtriser les défis démographiques – avec et pas contre les travailleurs-euses

L’évolution démographique est devenue le leitmotiv de ceux qui veulent démanteler la prévoyance-vieillesse. La maîtrise de cette évolution place la Suisse devant de grands défis. Le soutien des jeunes familles, une politique de migration orientée vers le futur et la promotion de la capacité de prestation à long terme des travailleurs/euses en sont les plus importants pour Travail.Suisse, comme les délégué-e-s l’ont souligné lors de leur assemblée d’aujourd’hui à Berne. Ils ont aussi pris connaissance du fait que les fédérations de Travail.Suisse ont déjà récolté près de 20’000 signatures contre la révision de la loi qui vide l’assurance-chômage de sa substance. suite

La discussion politique sur l’évolution démographique s’est concentrée depuis vingt ans sur la prévoyance-vieillesse. Pour Travail.Suisse, l’organisation faîtière des travailleurs et travailleuses, cette orientation est beaucoup trop limitative. Il existe un besoin d’agir bien plus grand pour soutenir les jeunes familles, dans la politique de migration et pour promouvoir la capacité de prestation à long terme des travailleurs/euses. Les mots-clés sur ces sujets sont la formation et la formation continue, le repos, la santé, la motivation et la capacité de prestation. C’est pourquoi, les délégué-e-s de Travail.Suisse ont, lors de leur réunion d’aujourd’hui, adopté une résolution demandant au Parlement de comprendre l’initiative de Travail.Suisse « 6 semaines de vacances pour tous » comme une contribution à la capacité de prestation à long terme des travailleurs/euses ; le Parlement doit la soutenir en tant que partie d’une réponse globale à l’évolution démographique.

Révision de l’AVS : abandonner l’exercice

Dans une autre résolution, les délégué-e-s demandent au Parlement d’abandonner l’actuelle révision de l’AVS. Le projet orienté seulement sur le démantèlement des prestations n’a aucune chance devant le peuple. Il faut maintenant que le Conseiller fédéral Burkhalter élabore avec les partenaires sociaux une proposition équilibrée, capable de recueillir une majorité, et qui traite de façon égale l’aspect financier et celui des prestations. Une AVS sûre a une grande importance pour la population, comme cela a été maintes fois démontré.

Référendum sur l’assurance-chômage en bonne voie : 20’000 signatures récoltées

Le référendum contre la 4ème révision de la loi sur l’assurance-chômage qui vide l’assurance-chômage de sa substance a déclenché une forte mobilisation de la base de Travail.Suisse. Les fédérations ont pris un départ rapide et les délégué-e-s ont eu la satisfaction d’apprendre que déjà près de 20’000 signatures ont été récoltées en trois semaines. Le référendum est donc bien parti et il ne fait aucun doute qu’il aboutira.

23 avril 2010, Martin Flügel, Président et Therese Schmid, Responable de l’administration

Droit aux vacances selon les conventions collectives de travail du secteur industriel

Travail.Suisse, l’organisation faîtière indépendante des travailleurs et travailleuses, poursuit son examen du droit aux vacances figurant dans les conventions collectives de travail (CCT) de branches et d’entreprises. Au total, 220 CCT englobant plus de 1’330’000 employés ont été étudiées. Il est toutefois difficile d’y mettre en évidence des tendances claires, comme le confirme l’aperçu suivant de quelques conventions et branches économiques du secteur secondaire.

19 avril 2010, Eva Linder, Relations publiques

Pas question de vider l’assurance-chômage de sa substance

30 mars 2010, Susanne Blank, Responsable politique économique

Le Conseil fédéral met en danger la santé des travailleurs et travailleuses et la capacité de prestation de l’économie

Travail.Suisse, l’organisation faîtière indépendante des travailleurs et travailleuses est indignée par le non rigide du Conseil fédéral à l’initiative «6 semaines de vacances pour tous ». Il semble que la santé et la capacité de prestation des travailleurs et travailleuses n’a pas grande valeur pour le Conseil fédéral. C’est inacceptable sur le plan de la politique de la santé et à rebours du bon sens de la politique économique. suite

La base de la prospérité en Suisse repose sur les prestations des travailleurs et travailleuses. L’introduction de nouvelles technologies et les exigences accrues de l’économie envers la productivité des travailleurs et travailleuses ont conduit à une très forte densification du travail. Selon le rapport « Travail et santé » paru en 2009, le stress et la pression liée au temps sont, avec 62 pour cent, les risques pour la santé les plus fréquemment mentionnés. Pour beaucoup de travailleurs et travailleuses, la limite de charge est atteinte et leurs capacités de prestations dépassée.

La charge élevée à la place de travail coûte aujourd’hui déjà 10 milliards de francs par an. Il se peut qu’à court terme, il soit possible de concilier la réussite économique et la charge de travail nuisible à la santé. Mais à long terme, seuls des travailleurs en bonne santé et avec suffisamment de compensation et de repos garantiront les prestations élevées qui assureront à la Suisse la prospérité. Ce fait va gagner encore en importance du fait que les travailleurs deviennent plus âgés en raison de l’évolution démographique.

Le droit aux vacances selon la loi est resté le même depuis 25 ans. Avec l’initiative « 6 semaines de vacances pour tous », Travail.Suisse veut améliorer la compensation pour la charge de travail plus élevée et contribuer à la capacité de prestation à long terme des travailleurs et travailleuses. Le non du Conseil fédéral est donc inacceptable sur le plan de la politique de la santé et à rebours du bon sens sur le plan économique.

24 mars 2010, Martin Flügel, Président et Susanne Blank, Responsable politique économique

Plus de vacances – une exigence possible à financer

Travail.Suisse, l’organisation faîtière indépendante des travailleurs, a mené de vastes études portant sur les droits aux vacances en vigueur en Suisse dans les conventions collectives de travail (CCT) de certaines branches et entreprises. Une chose ressort surtout de ces études: l’importance des droits aux vacances dans l’ensemble des conventions passées sous la loupe ne se situe pas dans une corrélation claire et nette par rapport à la productivité économique d’une branche.

08 février 2010, Eva Linder, Relations publiques

Informations juridiques | Impressum | Sitemap | Full Site | LOGIN