Médias

Communiqués de presse récents

Le Conseil national aide les familles pour la conciliation

Le coût de l’accueil extra-familial en Suisse est disproportionné pour les parents. Si les coûts totaux des offres en Suisse sont comparables avec ceux des pays voisins, les parents suisses doivent supporter une part des coûts bien plus importante. Cela explique pourquoi l’activité salariée en Suisse des deux parents n’en vaut fréquemment pas ou peu la peine. Travail.Suisse, l’organisation faîtière indépendante des travailleurs et travailleuses, salue dès lors la décision d’aujourd’hui du Conseil national d’accepter un crédit d’engagement de 100 millions de francs pour financer davantage de places d’accueil extra-familiales pour enfants. suite

Un bon accueil extra-familial pour enfants est un facteur-clé pour la conciliation de l’activité professionnelle et de la famille. Il est déterminant lorsqu’il s’agit de lutter contre la pénurie de personnel qualifié en relevant le taux d’activité des mères. Sans investissements supplémentaires cela n’est pas possible – mais ils en valent la peine : « Par franc investi, 2.6 à 3.5 francs reviennent aux pouvoirs publics. Le meilleur rapport coût-utilité revient à la Confédération. C’est pourquoi, il est indiqué que la Confédération aide au financement », indique Matthias Kuert Killer, responsable du dossier de politique sociale à Travail.Suisse.

Des déductions fiscales plus élevées ne suffisent pas

De nombreux parents ont de la peine aujourd’hui à trouver une offre d’accueil extra-familial abordable. C’est pourquoi, le Conseil fédéral veut soutenir pour les prochaines années financièrement de façon ciblée les cantons qui prévoient d’étendre le soutien financier aux parents pour l’accueil extra-familial des enfants. Il veut aussi soutenir les projets pour les offres d’accueil présentant des horaires étendus. Cela est important pour les parents aux horaires de travail irréguliers et pour l’accueil pendant les vacances scolaires. Le Conseil national a suivi aujourd’hui sa commission et le Conseil des Etats et accepté à cette fin le crédit d’engagement prévu. « Investir dans l’accueil extra-familial en vaut toujours plus la peine- pour tous les côtés. Le soutien à la conciliation aide à lutter contre la pénurie de personnel qualifié et favoriser l’égalité au sein du couple » indique Kuert Killer.

Une minorité a soutenu le point de vue que l’on pourrait résoudre la situation seulement avec des déductions fiscales plus importantes pour les coûts de l’accueil par des tiers. Les aides financières supplémentaires seraient donc obsolètes. Travail.Suisse recommande certes les déductions fiscales pour les coûts d’accueil par les tiers. Mais cela ne résout pas tout. Car, bien que l’on reconnaisse l’influence négative des impôts sur l’incitation à travailler, l’influence des coûts élevés de l’accueil extra-familial la dépasse le plus souvent de plus d’une fois. Les incitations négatives plus fortes demeurent en Suisse car les coûts de l’accueil extra-familial des enfants sont transférés en grande partie sur les parents. Modifier cette situation requiert d’abord les aides financières proposées.

Plus d’informations :
Matthias Kuert Killer, responsable du dossier de politique sociale, 079 777 24 69

03 mai 2017, Matthias Kuert Killer, Responsable politique sociale

Travailler gratuitement ? Travailler plus la nuit ? Plus de stress ? Moins de compatibilité famille-profession? Non merci !

Unis, les syndicats repoussent l’attaque massive lancée par les deux députe(e)s au Conseil des Etats Graber et Keller-Sutter contre des durées de travail reglémentées et rémunerées. Ces deux élu(e)s veulent, à travers leurs initiatives parlementaires, supprimer pour une part importante des salarie(e)s l’enregistrement de la durée du travail et les limites données à cette dernière. L’Union syndicale suisse (USS) et Travail.Suisse ainsi que les organisations qui leur sont affiliées, notamment Unia et Syna, combattront vigoureusement au sein d’une vaste alliance une flexibilisation aussi radicale et unilatérale de la durée du travail.
Communique de presse de !‘Alliance contre l’épuisement professionnel et le travail gratis suite

Cette flexibilisation sauvage entraînera inéluctablement plus de dépendance pour les salarie(e)s, plus de stress, ainsi que de cas d’épuisement professionnel. En outre, plusieurs études et une enquête européenne sur les conditions de travail montrent qu’en Suisse, les travailleurs et travail­leuses doivent subir des durées de travail toujours plus souvent imposées unilatéralement par leurs employeurs. Et c’est davantage le cas chez nous que dans !‘Union européenne. M. Graber et Mme Keller-Sutter parlent certes de cadres et de« spécialistes ». Mais comme ces concepts ne sont pas définis dans la loi sur le travail (L Tr), plus d’un tiers des salarie(e)s seraient menaces.

L’initiative parlementaire du conseiller aux Etats Graber bifferait tout simplement, pour les cadres et les « spécialistes „ dont la durée hebdomadaire de travail moyenne n’excédé pas les 45 heures, les prescriptions de la L Tr concernant le travail de nuit et du dimanche, la durée du travail et les pauses. Ainsi, les semaines de travail très longues avec du travail de nuit et du dimanche seraient régulièrement à l’ordre du jour. Une flexibilité aussi sauvage nuirait à la santé des travailleurs et travailleuses et les empêcherait de concilier famille et travail.

Ensemble, ces deux initiatives entraîneraient finalement plus de travail gratis. Les salarie(e)s – et aussi les assurances sociales – perdraient en tout des milliards de francs parce qu’il ne serait plus possible d’établir la quantité de travail supplémentaire et d’heures supplémentaires fournis.

Le contrôIe de la durée du travail n’est pas une vieillerie obsolète. II est un instrument contre le surmenage qui permet d’établir le volume de travail fourni en plus et sa rémunération équitable. A l’ère de la numérisation, il est aisément réalisable. S’ajoute à cela que les partenaires sociaux ont trouvé, avec l’aide du Conseil fédéral et suite à de longues négociations, une solution pour une exception réglementée à l’enregistrement de la durée du travail. Mais à peine la nouvelle ordon­nance entrait-elle en vigueur que survint l’attaque massive des deux initiatives parlementaires.

La radicalité de ces dernières inquiète aussi la Société suisse de médecine du travail. Elle dénonce le renoncement à l’enregistrement de la durée du travail qui ouvrira, selon elle, tout grand la porte à l’auto-exploitation et à l’épuisement professionnel. San constat est clair : si les prescriptions de la L Tr sur les temps de repos et leurs coordonnées temporelles sont assouplies, l’épuisement et les problèmes musculosquelettiques vont augmenter.

Renseignements
- Adrian Wüthrich, président deTravail.Suisse, 079 287 04 93
- Paul Rechsteiner, président de l’USS, 079 277 61 31
- Arno Kerst, président du syndicat Syna, 079 598 67 70
- Vania Alleva, présidente du syndicat Unia, 079 620 11 14
- Brigitta Danuser, déléguée à la Société suisse de médecine du travail (SSMT), 076 339 84 46
- Luca Cirigliano, secrétaire général de l’USS, 076 335 61 97

02 mai 2017, Adrian Wüthrich, Président

L’assemblée des délégué-e-s de Travail.Suisse dit oui à la réforme de la prévoyance vieillesse 2020

Les délégué-e-s de Travail.Suisse, lors de leur assemblée d’aujourd’hui, ont dit oui à la réforme de la prévoyance vieillesse 2020 et au relèvement de la TVA de 0.6 pourcent qui lui est lié, après une discussion nourrie. La votation populaire aura lieu le 24 septembre 2017. Les délégué-e-s ont aussi adopté une résolution concernant des mesures de soutien pour les proches aidants et une résolution sur le Projet fiscal 17. suite

Les affaires statutaires de l’année 2016 pleine de réussite ont été rapidement traitées, les discussions se concentrant sur le thème de la réforme de la prévoyance vieillesse 2020. Le Parlement, après de rudes empoignades, a adopté la réforme de la prévoyance vieillesse 2020 à la session de printemps. Jusqu’à ce moment, on a discuté sur ce que serait la meilleure variante. Et on peut dire maintenant : soit on adopte cette réforme ou alors aucune. En raison de l’importance du projet, le Comité de Travail.Suisse a soumis la recommandation de vote à l’assemblée des délégué-e-s. Le directeur de l’Office fédéral des assurances sociales, Jürg Brechbühl a présenté le projet aux délégué-e-s. Après une discussion nourrie, les délégué-e-s ont estimé qu’il valait mieux cette réforme qu’aucune et décidé de dire oui avec 53 voix pour, 3 voix contres et une abstention à la réforme de la prévoyance vieillesse 2020 et à l’augmentation de la TVA. Pour Travail.Suisse, les principaux buts sont atteints : le niveau des rentes est maintenu, le financement de l’AVS est assuré jusqu’en 2030 et il y a des améliorations pour les personnes travaillant à temps partiel et les chômeurs âgés.

C’est avant tout la question du relèvement de l’âge de la retraite des femmes que les adversaires de la réforme ont thématisé. Les délégué-e-s de Travail.Suisse, eux aussi, ne font pas cette concession de gaieté de cœur. Mais ils sont convaincus que dans le cadre du paquet global avec le supplément AVS et une meilleure assurance pour les personnes travaillant à temps partiel, il y a aussi des améliorations pour les femmes que le rejet du projet remettrait en cause. Pour le président Adrian Wüthrich, la campagne de votation est maintenant déterminante : « Nous devons bien expliquer le projet et œuvrer pour un oui. Un non le 24 septembre conduirait le Parlement à rapidement relever l’âge de la retraite et le financement de l’AVS ne serait plus assuré. »

Oui à la résolution pour des mesures de soutien pour les proches aidants

Cette année encore, le Conseil fédéral prévoit d’envoyer en consultation un projet de loi pour soutenir les proches aidants. Il a reconnu que ni la société ni l’économie ne peuvent renoncer aux hommes et aux femmes qui prodiguent des soins à des proches (enfants et adultes) en plus de leur activité professionnelle. Il faut une meilleure conciliation car le manque de conditions-cadres appropriées conduit les proches aidants et leur double charge à de l’épuisement, à la maladie et dans quelques cas même à devoir cesser leur activité professionnelle et finalement tomber dans la pauvreté. L’instauration de conditions-cadres plus appropriées pour développer l’aide à l’ensemble des générations requiert des investissements considérables des pouvoirs publics. Il faut ancrer dans la loi pour les proches aidants de manière obligatoire une indemnisation indépendante de la situation.
>> Vers les revendications du projet de loi pour le soutien aux proches aidants

Oui à la résolution sur le Projet fiscal 17 : un rapiéçage de la RIE III conduirait à un nouvel échec

Après le clair rejet de la réforme de l’imposition des entreprises III, le Conseil fédéral a donné le coup d’envoi à un nouveau projet de loi, le Projet fiscal 17. Pour éviter un nouvel échec, il faut mettre au centre de ce projet l’abolition des statuts fiscaux cantonaux privilégiés et éviter des pertes fiscales que la population devrait payer sous la forme de réductions de prestations ou d’ augmentations d’impôts. L’économie doit contre-financer les pertes fiscales du projet.
>> Vers les revendications sur le Projet fiscal 17

Pour d’autres informations :
Adrian Wüthrich, président de Travail.Suisse, Tél. mobile : 079 287 04 93

28 avril 2017, Adrian Wüthrich, Président

Plus de considération pour les travailleuses et travailleurs âgés

Travail.Suisse, l’organisation faîtière indépendante des travailleurs et travailleuses, a mis en garde pour ne pas édulcorer la situation lors de la 3ème Conférence sur les travailleurs âgés se tenant aujourd’hui. Les travailleuses et travailleurs âgés ont des difficultés croissantes sur le marché du travail. Travail.Suisse propose des mesures pour maintenir en activité les personnes bien qualifiées de plus de 50 ans. En plus du développement de la formation et de la formation continue et d’un bilan de compétence pour adultes, il faut impérativement une mise en œuvre efficace de l’obligation d’annoncer les places vacantes pour les sans-emplois. suite

Le Conseiller fédéral Johann Schneider-Ammann a invité Travail.Suisse avec les autres associations des partenaires sociaux et les représentants des cantons à la Conférence sur les travailleurs âgés. Pour la troisième fois, on a soigné un échange intensif sans pour autant, une fois encore, convenir de mesures concrètes. Travail.Suisse est déçu que les pouvoirs publics et les partenaires sociaux n’arrivent pas à entériner une Déclaration finale plus incisive.

Nouvelle mesure d’accompagnement : de la formation continue pour les plus de 50 ans

La situation des travailleuses et travailleurs âgés s’est régulièrement détériorée au cours des dernières années. « Si la politique et les entreprises ne réagissent pas, la situation va continuer à se tendre » indique Adrian Wüthrich, président de Travail.Suisse. Dans la catégorie des chômeurs de plus de 50 ans, 26.8 pourcent sont des chômeurs de longue durée (au chômage depuis plus d’un an). Les cas d’engagement de travailleurs de l’étranger plutôt que du pays même se multiplient. C’est pourquoi, il faut ajouter un complément à la libre circulation des personnes en introduisant la mesure d’accompagnement « formation continue pour les plus de 50 ans ». Ainsi, les entreprises pourraient être obligées d’engager le budget qu’elles consacrent à la formation continue aussi pour les plus de 50 ans. Elles rempliraient alors la tâche ancrée dans la loi sur la formation continue visant à la favoriser. De plus, pour renforcer la mesure d’accompagnement « Formation continue pour les plus de 50 ans », il faut prendre les mesures suivantes :

• Un crédit spécial pour la qualification des adultes sans diplôme professionnel et la requalification des personnes dont la formation n’est plus demandée sur le marché du travail.
• Un solide coaching pour les demandeurs d’emploi, en tant qu’instrument du bilan de compétence pour faire le point sur sa situation personnelle et, si nécessaire, pour planifier une formation continue. Les cantons doivent préparer les offres correspondantes.
• Une mise en œuvre efficace de l’obligation d’annoncer des places vacantes pour que les demandeurs d’emploi âgés aient une réelle chance de regagner le marché du travail. Les ORP et les entreprises doivent montrer qu’ils prennent davantage en considération les travailleuses et travailleurs âgés. Si la situation devait continuer à se détériorer, il faudra prolonger les délais de résiliation pour les travailleurs âgés engagés depuis longtemps pour mieux les protéger contre les licenciements.

Au vu de la pénurie de personnel qualifié qui s’accentue année après année, il devient urgent d’investir pas seulement pour les jeunes mais aussi pour les travailleuses et travailleurs âgés. Ils vont demeurer encore plus que jusqu’ici d’importants soutiens de notre économie.

>> En savoir plus sur la conférence de presse de mercredi, 19 avril 2017

Pour plus d’informations :
Adrian Wüthrich, président de Travail.Suisse, 079 287 04 93

25 avril 2017, Adrian Wüthrich, Président

Stratégie énergétique 2050 : bonne pour les places de travail et l’environnement
Travail.Suisse et l’USS soutiennent l’objet fédéral sur l’énergie du 21 mai

Travail.Suisse et l’USS approuvent l’objet fédéral sur l’énergie. Ils saluent la stratégie énergétique 2050 car elle permettra de développer en Suisse des innovations et des investissements et ainsi la création d’emplois. Les coûts pour cette perspective économique positive sont supportables car ils n’entraînent qu’un modeste relèvement du supplément réseau. suite

La stratégie énergétique 2050 promeut un approvisionnement énergétique indigène et renouvelable. Elle n’est pas seulement bonne pour le climat (réduction des émissions de gaz à effet de serre) et la santé (moins de pollution) mais aussi pour la place de travail suisse. La diminution de plus en plus marquée des énergies fossiles importées fera économiser des milliards. Cela permettra de réorienter les investissements vers l’efficacité énergétique, la réduction de la consommation d’énergie et les énergies renouvelables. Cela profitera au marché du travail.

Ces investissements auront lieu en Suisse. Ils permettront de conserver et de créer de dizaines de milliers d’emplois dans notre pays. Ces emplois profiteront à toutes les régions du pays car l’installation et la maintenance des énergies renouvelables et l’assainissement énergétique des bâtiments ont lieu partout. De plus, il s’agit d’emplois de différents niveaux de qualification (métiers du bâtiment comme polybâtisseur/euse, couvreur/euse, storiste ; responsable de projet, ingénieur/e, architecte, conseiller/ère en énergie, informaticien/ne etc.), ce qui optimisera le fonctionnement du marché du travail. Comme ces investissements se feront sur plusieurs décennies, la durabilité de ces emplois sera élevée.

La stratégie énergétique 2050, en favorisant l’innovation en Suisse, renforce aussi la compétitivité des entreprises suisses, en particulier celles qui exportent. Cela maintiendra et créera des emplois en Suisse dans le secteur industriel, en particulier dans l’industrie des machines.

En cas de rejet de l’objet, il y aura moins d’investissements dans l’efficacité énergétique et le développement des énergies renouvelables en raison de l’incertitude qui gagnera la politique énergétique. Cela aura clairement des répercussions négatives pour la place de travail suisse.

Il ne pourrait pas y avoir de moment plus favorable pour le passage aux énergies renouvelables : les prix du courant électrique sont si bas que les ménages et les PME peuvent absorber sans problème le supplément sur le réseau plus élevé de 2.3 ct./kWh au maximum ; sans parler des entreprises qui consomment beaucoup d’électricité vu qu’elles sont libérées de ce supplément. Les chiffres avancés par les opposants dans ce contexte ne correspondent à aucune réalité mais servent à faire peur. Concernant les investissements nécessaires à faire dans le réseau électrique (entretien, extension et transformation) la Suisse a un immense avantage vis-à-vis de tous les autres pays car elle a déjà le réseau électrique le plus dense d’Europe.

Il y a un excédent de courant dans toute l’Europe et cela ne changera que lorsque la reprise économique en Europe sera bien là. Mais sans un relèvement massif du prix des certificats d’émission de CO2, on continuera à produire du courant électrique à partir de charbon, ce qui est la cause principale de l’excédent de courant. C’est pourquoi, là aussi, il faut contredire les opposants à la stratégie énergétique 2050. Il n’y a pas de risque de pénurie de courant mais il est aussi juste de soutenir la production indigène pour des motifs écologiques.

L’approvisionnement en électricité en Suisse est stable au plus haut niveau car le réseau électrique est aussi bien entretenu. Une énorme capacité de courant entre et sort de Suisse chaque jour. Cet hiver, au cours d’un seul jour, 4’000 MW de courant a été importé, en même temps 2500 MW de courant a transité vers l’Italie et 1’500 MW de courant a été exporté en France sans avoir mis en danger l’approvisionnement électrique indigène une seule fois en ce jour. La capacité d’importation effective du réseau électrique suisse est d’environ 10’000 MW, ce qui correspond au besoin maximal indigène en courant.

Un oui à la stratégie énergétique 2050 ouvre la voie du tournant énergétique, incite à investir et offre une sécurité de planification. C’est un oui de raison et un engagement pour l’environnement et les places de travail.

Pour d’autres renseignements:
Denis Torche, secrétaire central Travail.Suisse,
Tél. 079 846 35 19
Dore Heim, secrétaire-dirigeante USS, Tél. 079 744 93 90

L’USS et Travail.Suisse représentent les intérêts des personnes actives en Suisse et se prononcent au nom de plus d’un demi-million de membres.

20 avril 2017, Denis Torche, Responsable politique énergétique et environnementale

Informations juridiques | Impressum | Sitemap | Full Site | LOGIN