Médias – Communiqués de presse

Communiqués de presse récents

Travail.Suisse demande un service public fort

Travail.Suisse, l’organisation faîtière indépendante des travailleurs et travailleuses, a présenté aujourd’hui, avec les fédérations affiliées Syna, transfair et la commission de jeunesse Jeunesse.Suisse, le document de position « Un service public fort : fondement du développement économique, social et écologique de la Suisse ». Le but est, d’un côté, de renforcer le service public comme colonne vertébrale de la Suisse et, de l’autre, de donner une position claire contre « No Billag » et les plans actuels de démantèlement dans le service public audiovisuel. suite

Le service public est le fondement d’une Suisse moderne qui fonctionne efficacement, ce qui est déterminant pour son développement économique, social et écologique. La nécessité de réexaminer périodiquement l’étendue des prestations du service public, et de l’adapter aux besoins de la population, favorise une discussion adéquate sur l’étendue de ces prestations mais cela ne doit en aucun cas signifier un démantèlement ou des privatisations.

Ce que le marché est incapable de faire – à l’inverse du service public

Au cours des dernières années et même décennies, l’idéologie néo-libérale a marqué toujours plus fortement l’économie et la politique. Cette idéologie qui met le marché au centre, avec si possible le moins de conditions-cadres – aspire à laisser au marché les prestations du service public ; avec l’argument qu’il fournirait les mêmes prestations plus efficacement et à des coûts plus bas que l’Etat. Le document de Travail.Suisse sur le service public montre qu’il n’en va pas ainsi. L’idéologie occulte complètement le fait que le marché libre présente des faiblesses criantes, comme par exemple le renforcement des centres et l’affaiblissement des régions périphériques. Ainsi, si la Poste était une entreprise privée, jamais elle ne pourrait fournir des prestations comparables à celles d’aujourd’hui dans les régions périphériques peu peuplées. Le marché libre ne peut pas non plus garantir la pérennité des infrastructures du fait qu’il recherche un rendement à court terme et ne manifeste pas d’intérêt pour des investissements coûteux dans l’entretien régulier. Or, des infrastructures comme les télécommunications ou le réseau ferroviaire nécessitent impérativement un pareil entretien. Un autre élément très important est le fait que le marché ne peut pas garantir l’égalité des chances. Il rend les forts plus forts et les faibles plus faibles et produit ainsi un monde égoïste. C’est ce qui se passerait si l’on privatisait le système éducatif et seule une couche privilégiée pourrait s’offrir alors une formation scolaire de haute qualité.

Pour garantir la cohésion territoriale, économique et sociale de la Suisse et promouvoir un service public fort et moderne, Travail.Suisse formule trois revendications centrales :

Revendication 1 – Pas prendre de risques de privatisations : la privatisation de prestations de service public ne peut être acceptée que si l’on peut exclure des risques pour les prestations. Par ailleurs, les conditions de travail doivent être particulièrement bonnes et réglées dans une convention collective de travail. Il faut rejeter catégoriquement les privatisations pour des raisons idéologiques.

Revendication 2 – « L’économie care » comme nouvelle prestation de service public : le vieillissement de la population et la pénurie de personnel qualifié placent la Suisse devant de grands défis. Il faut améliorer la conciliation entre la vie professionnelle et familiale par une offre des pouvoirs publics – d’un côté pour l’accueil des enfants en âge préscolaire et scolaire et, de l’autre, pour décharger les proches aidants afin de permettre la compatibilité entre leurs devoirs familiaux et une activité lucrative.

Revendication 3 – Maintenir et développer le service audiovisuel public : l’initiative « No Billag » veut supprimer le service public audiovisuel, seul le marché déciderait de l’offre. Travail.Suisse rejette clairement l’initiative radicale « No Billag ». Le service public audiovisuel est une offre fondamentale de base et doit plutôt être complétée par des offres sur internet. La nouvelle concession pour la SRG SSR et la nouvelle loi sur les médias peuvent et doivent poursuivre le développement du service public audiovisuel.

Travail.Suisse et sa commission de jeunesse Jeunesse.Suisse vont s’engager, avec le soutien des fédérations affiliées Syna et Transfair, pour un service public fort et la mise en œuvre de ces revendications.

Pour d’autres informations:
• Adrian Wüthrich, président de Travail.Suisse, mobile: 079 287 04 93
• Jacques-André Maire, conseiller national et vice-président de Travail.Suisse, mobile : 078 709 48 50
• Denis Torche, responsable du dossier service public, Travail.Suisse, mobile : 079 846 35 19
• Stefan Müller-Altermatt, conseiller national et président de transfair, mobile: Tel. 076 332 15 26
• Irène Darwich, responsable du secteur des services et vice-présidente de Syna, mobile: 079 758 08 12
• Nadine Walker, co-présidente de Jeunesse.Suisse, mobile: 079 900 68 98

Annexe Dimension

2018 01 30 Medienmitteilung MK Fuer-starken-Service-public Gegen-NoBillag f.docx 43 KB

2018 01 30 DOSSIER MK Fuer-starken-Service-public Gegen-NoBillag f.pdf 460 KB

2018 01 17 PapierPosition Service-public f.pdf 538 KB

30 janvier 2018, Adrian Wüthrich, Président Drucker-icon

Travail.Suisse demande une réforme des prestations complémentaires sans coupes et sans contrôle du mode de vie

La commission sociale du Conseil national terminera demain et après-demain ses délibérations sur la révision des prestations complémentaires (PC). Travail.Suisse, l’organisation faîtière indépendante des travailleurs et travailleuses demande à la commission de ne pas aller au-delà de l’objectif attendu et de ne pas vider de leur substance les prestations complémentaires. suite

Les coûts des PC augmentent – d’un côté en raison de l’évolution démographique, de l’autre du fait du démantèlement de systèmes situés en amont. Par exemple, dans l’AI, presque la moitié de tous les bénéficiaires sont tributaires des PC. « Cela montre que les prestations complémentaires sont un instrument indispensable dans la prévoyance vieillesse – avant tout pour les personnes qui ont un handicap », indique Matthias Kuert Killer, responsable du dossier de politique sociale à Travail.Suisse. « C’est pourquoi nous prions instamment la commission du Conseil national de garder la mesure dans la révision » indique Matthias Kuert Killer.

La hausse des coûts n’est pas inhérente aux PC

Travail.Suisse partage les buts du Conseil fédéral sur la réforme comme le maintien du niveau des prestations, la protection des ressources individuelles pour la prévoyance vieillesse ou l’intention de réduire dans une large mesure les effets de seuil. L’obtention de ces buts requiert toutefois une démarche minutieuse. Car l’augmentation des coûts dans les prestations complémentaires ne leur est pas inhérente et on ne peut que très partiellement l’endiguer directement dans les PC. Elles font les frais de la pression qui s’exerce sur les autres assurances sociales. « Il est dès lors important de défendre les acquis des PC. En fait notamment partie le maintien du droit aux PC sans que l’on puisse contrôler le mode de vie. Il ne faut pas toucher à ce principe. Qu’il y a ait, même en partie, des cercles libéraux qui veulent de tels contrôles est plus qu’étonnant » ajoute Matthias Kuert Killer. Il est aussi important que l’argent des PC puisse subvenir aux besoins de l’existence. Diverses mesures soumises à discussion, comme la réduction des montants minimaux des PC, des contributions plus basses pour les primes d’assurance-maladie, la réduction des taux pour les nécessités courantes des enfants ou aussi la réduction des franchises concernant la fortune, peuvent avoir comme conséquence des contributions de l’aide sociale en plus des PC. Cela n’a pas lieu d’être et ne correspond pas au but des PC.

Protéger l’argent de la caisse de pension et les chômeurs âgés

Il est juste de mieux protéger l’argent de la caisse de pension. C’est pourquoi, Travail.Suisse salue une certaine limitation du retrait du capital de la prévoyance professionnelle obligatoire. Autant que possible, chaque travailleur doit recevoir une rente du 1er et 2ème pilier qui suffit pour vivre. En contrepartie, les chômeurs âgés doivent être mieux protégés. Suite à un licenciement, les travailleurs âgés ne perdent pas seulement leur emploi mais aussi leur rente de la caisse de pension. Travail.Suisse demande que lors d’un licenciement les travailleurs âgés conservent un droit à rester dans leur caisse de pension et au moment de la retraite reçoivent une rente de la caisse de pension normale. Des solutions prêtes à l’emploi existent mais elles avaient fait les frais du non à la prévoyance vieillesse 2020. Il faut les reprendre dans la réforme des PC.

Travail.Suisse attend en particulier des cercles qui font toujours référence aux PC lors de la réforme de la prévoyance vieillesse qu’ils renforcent les PC au lieu de les affaiblir – aussi dans la perspective du loyer maximal pris en compte, les propositions actuelles étant encore insuffisantes.

Pour d’autres informations :
Matthias Kuert Killer, responsable du dossier de politique sociale, Travail.Suisse, 079 777 24 69

Annexe Dimension

2018 01 24 MM EL-Reform f.docx 41 KB

24 janvier 2018, Matthias Kuert Killer, Responsable politique sociale Drucker-icon

L’USAM se fout du partenariat social

Ce matin, l’Union suisse des arts et métiers (USAM) a expliqué, dans le cadre d’une conférence de presse sur la formation professionnelle, que la vision de la Formation professionnelle 2030 aurait échoué. Travail.Suisse, l’organisation faîtière indépendante des travailleurs et travailleuses, est plus qu’étonnée de ces propos de Hans-Ulrich Bigler, directeur de l’USAM. suite

« Il est tout simplement faux de dire que la vision de la Formation professionnelle 2030 a échoué. Au contraire, elle a été conçue par le Secrétariat d’Etat à la formation, à la recherche et à l’innovation SEFRI dans une tradition bien helvétique avec les partenaires de la formation professionnelle et largement discutée dans une procédure de consultation avec, encore la semaine passée, l’approbation de la vision 2030 par l’USAM » indique Adrian Wüthrich, président de Travail.Suisse. Les partenaires de la formation professionnelle en sont au début de la mise en œuvre de la vision Formation profes-sionnelle 2030 et de ses lignes directrices stratégiques.

Pour Travail.Suisse, la collaboration avec l’Union suisse des arts et métiers devient de plus en plus difficile. Il semble que, pour l’USAM, la présence médiatique et des propos provocateurs sont plus importants que la discussion de contenu sur une base sérieuse avec les autres partenaires de la formation professionnelle. Cela mine la confiance dans la collaboration entre partenaires sociaux au niveau national.

Pour d’autres informations:
Adrian Wüthrich, Président de Travail.Suisse, Mobile: 079 287 04 93

Annexe Dimension

2018 01 16 MM SGV-foutiert-sich-um-Sozialpartnerschaft f.docx 46 KB

16 janvier 2018, Bruno Weber-Gobet, Responsable politique de formation Drucker-icon

Intégrer les personnes handicapées sur le marché du travail profite à tous

Sous la conduite du Conseiller fédéral Alain Berset, s’est tenue aujourd’hui la 3ème conférence nationale en faveur de l’intégration des personnes handicapées sur le marché du travail. Les organisations participantes ont adopté une Déclaration commune et ont discuté d’un paquet de mesures. Travail.Suisse a reçu le mandat de discuter avec les partenaires sociaux de la question suivante : « Promouvoir l’intégration des personnes handicapées sur le marché du travail par le biais des conventions collectives de travail ». suite

Travail.Suisse soutient les efforts pour créer, avec des mesures ciblées, un environnement favorable à la première insertion professionnelle, à la réinsertion ou au maintien de l’employabilité des personnes souffrant d’altérations dues à la maladie, l’accident ou à un handicap. « Un environnement de travail inclusif est bénéfique à tous les travailleurs et travailleuses d’une entreprise », a indiqué Adrian Wüthrich, président de Travail.Suisse, lors de la conférence.

Contribution de Travail.Suisse

En quoi les partenaires sociaux contribuent-t-ils à l’intégration sur le marché du travail des personnes handicapées avec l’instrument des conventions collectives de travail ? Travail.Suisse s’est penchée sur cette question dans le cadre d’une étude au cours des derniers mois et ceci dans une triple perspective :

• Existe-t-il des conventions collectives qui contribuent déjà à l’intégration des personnes handicapées sur le marché du travail ? Si oui, quelle est cette contribution ?
• Existe-t-il dans le processus d’intégration de personnes handicapées, des lacunes ou des problèmes qui rendent plus difficile l’intégration ou l’empêchent ?
• En quoi une convention collective de travail peut aider à combler ces lacunes et améliorer l’intégration dans l’ensemble ?

L’étude de Travail.Suisse, qui est soutenu par le Bureau fédéral de l’égalité pour les personnes handicapées BFEH et par l’Office fédéral des assurances sociales OFAS, apporte des réponses à ces trois questions. On la trouvera sur le site internet http://www.travailsuisse.ch/themes/travail/cct_et_personnes_avec_handicap. Au cours des six prochains mois, Travail.Suisse présentera les résultats de l’étude aux partenaires des CCT et les discutera avec eux.

Pour d’autres informations :
Adrian Wüthrich, président de Travail.Suisse, Tél. 079 287 04 93
Bruno Weber-Gobet, responsable du projet « Promouvoir l’intégration des personnes handicapées sur le marché du travail par le biais des conventions collectives de travail », Tél. 079 348 71 67

Annexe Dimension

21 12 17 Integration sur le marche de travail.docx 42 KB

21 décembre 2017, Bruno Weber-Gobet, Responsable politique de formation et Adrian Wüthrich, Président Drucker-icon

Assurer vite et durablement le financement de l’AVS: il nous faut maintenant un pourcent Baby-Boomer !

Travail.Suisse salue la volonté du Conseil fédéral de vouloir rapidement combler la lacune de financement dans l’AVS en raison de l’évolution démographique. Il est incontesté que l’AVS a besoin de revenus supplémentaires et il faut agir en priorité à cet effet. L’organisation faîtière indépendante des travailleurs et travailleuses demande au moins un pourcent Baby Boomer de TVA pour l’AVS. Il est en même temps clair qu’il faut continuer à maintenir le niveau des prestations dans les deux piliers. Travail.Suisse va évaluer l’action du Conseil fédéral à cette aune. En cas de nouveau projet pouvant recueillir une majorité, il faut tenir compte des différentes raisons ayant conduit au non. La proposition du Conseil fédéral de relever l’âge de la retraite des femmes l’ignore. Il faut apporter des améliorations sur ce point. suite

Chaque année qui passe fait augmenter fortement par le nombre de nouveaux rentiers et rentières le besoin de financement de l’AVS. Le but doit rester d’avoir en 2030 un Fonds AVS pouvant couvrir 100 pourcent des dépenses annuelles. Pour y arriver, il faut un relèvement de la TVA d’un pourcent au moins , un pourcent baby boomer. Parce que le besoin de financement jusqu’en 2030 va bien au-delà de un pour cent, il faut un complément par d’autres sources de financement. Pour Travail.Suisse, un projet portant seulement sur le financement est donc une première étape bien envisageable dans le processus de réforme.

Dans le 2ème pilier, une grande défiance est bien visible. Le fait que l’on continue à gagner beaucoup d’argent dans la prévoyance professionnelle et qu’on distribue d’importants bénéfices à des actionnaires privés joue un rôle déterminant à cet égard. Avant de baisser à nouveau le taux de conversion minimal, il faut clairement limiter les gains des assureurs dans le 2ème pilier et faire reculer les retraits d’argent comme les coûts d’administration de la gestion de fortune. Travail.Suisse est prêt à s’asseoir à la table avec les autres partenaires sociaux et clarifier la suite de la procédure dans le deuxième pilier. Mais il est déjà clair que des réductions de prestations unilatérales ne doivent pas figurer au premier plan.

Pour des raisons de majorité, Travail.Suisse ne se fixe pas sur un supplément général AVS. Mais, en contrepartie, il faut renoncer à augmenter l’âge de la retraite des femmes. De plus, les bas et moyens revenus doivent obtenir une meilleure rente AVS. C’est pourquoi, il faut examiner une modification de la formule de rente actuelle.

Pour d’autres informations :
Adrian Wüthrich, président de Travail.Suisse, Tel. 079 287 04 93
Matthias Kuert Killer, responsable du dossier de politique sociale, Tel. 078 625 72 73

Annexe Dimension

2017 12 20 Finanzierung der AHV rasch und nachhaltig sichern f.docx 45 KB

20 décembre 2017, Matthias Kuert Killer, Responsable politique sociale Drucker-icon