Médias

Enquête sur les salaires des managers 2008 :
le cartel des salaires tient bon malgré la crise

L’avidité des top managers de la finance ont conduit l’économie mondiale tout droit dans une de ses crises les plus graves. Or, les augmentations de salaires se situent toujours jusqu’à 70 % au-delà de la décence. Aujourd’hui dans une conférence de presse à Berne, Travail.Suisse a présenté les résultats de son enquête. suite

C’est la cinquième fois que Travail.Suisse, l’organisation faîtière indépendante des travailleuses et des travailleurs, examine les salaires des membres de la direction et du conseil d’administration de 27 groupes suisses 1 . D’après les résultats, les écarts salariaux semblent s’amenuiser dans quelques entreprises suite à la crise économique. Mais souvent, cette évolution est la conséquence de la chute du cours des actions et de l’abandon des bonus spéciaux de l’année précédente. Et quelques entreprises n’hésitent pas à accorder de fortes augmentations de salaires. Aujourd’hui encore, il n’est pas rare de voir des augmentations de salaire de 30, 50 ou même 70 %.

La question de la perte de contrôle sur les salaires des managers ne se réduit de loin pas à quelques moutons noirs. Globalement, dans une dizaine d’entreprises, des managers isolés, voire des directions entières, gagnent plus de 100 fois plus que leur employés.

C’est à ABB que Travail.Suisse décerne son Ecart salarial 2008

Comme chaque année, Travail.Suisse décerne son Ecart salarial à l’entreprise qui accuse la plus forte progression de l’écart entre le salaire le plus bas de l’entreprise et le salaire moyen d’un membre de la direction. C’est ABB qui succède à Helvetia, gagnante de l’an passé. En un an seulement, l’écart salarial a progressé de 70 % dans ce groupe de l’industrie des machines.

En sept ans seulement, les écarts salariaux ont progressé de plus de 70 %

Depuis 2002, les salaires des membres des directions de groupes ont augmenté en moyenne de 83 %. Durant la même période, la croissance des salaires nominaux des travailleuses et des travailleurs suisses s’est élevée à tout juste 8,4 %. En conséquence, l’écart entre le salaire le plus bas de l’entreprise et le salaire moyen d’un membre de la direction affiche une progression incroyable de 72 %. Pour une fois, seules cinq entreprises accusent ces dernières années une diminution de l’écart salarial. Dans toutes les autres entreprises, l’écart salarial a progressé jusqu’à 264 %.

Travail.Suisse revendique une réglementation sévère

L’autorégulation proclamée depuis des années par les ténors de l’économie a échoué. Selon les derniers sondages, le taux d’acceptation de 75 % des électrices et électeurs en faveur de l’initiative contre les salaires excessifs des managers montre que pour l’opinion publique les limites de la décence ont été dépassées. Et maintenant même le monde politique réagit avec une réglementation publique par le biais du droit de la société anonyme et du droit comptable. Or, Travail.Suisse considère que ces réglementations ne vont vraiment pas assez loin. Dans certains domaines en particulier, il faut de toute urgence procéder à des améliorations :

- En finir avec les incitations perverses : limiter les bonus et interdire les parachutes et les hélicoptères dorés.
- Augmenter la transparence : publier dans le rapport d’activités les rémunérations individuelles de tous les membres du CA et de la direction du groupe et faire voter l’AG sur la rémunération du CA et du management.
- Démanteler le cartel des salaires – envoyer des travailleuses et des travailleurs dans les conseils d’administration

C’est le moment d’adopter des règles énergiques pour éradiquer le plus vite possible le délire des bonus.

Informations supplémentaires, photos de l’écart salarial et affiche « Cartel des salaires » à télécharger sous www.travailsuisse.ch

Renseignements :
Martin Flügel, Président Travail.Suisse, tél. : 079/743 90 05
Kurt Regotz, Vice-Président Travail.Suisse & Président Syna, tél. 079/617 62 94

1 L’étude porte sur 27 entreprises suisses actives dans diverses branches. Elle livre des résultats pour la période de 2002 à 2008.

15 juin 2009, Martin Flügel, Président

Toute formation évite des coûts pour la société

Il en coûte en moyenne environ 10’000 francs aux pouvoirs publics pour chaque personne qui reste sans formation en Suisse. Le résultat principal d’une étude mandatée par Travail.Suisse l’indique bien : les investissements publics dans la formation des jeunes mais aussi des adultes en valent la peine. C’est pourquoi Travail.Suisse demande aux pouvoirs publics de considérer la formation plus clairement comme un investissement et de faciliter aussi la formation de base pour les adultes. Et dans les assurances sociales et l’aide sociale, le principe suivant doit prévaloir : la formation avant l’intégration. suite

Si l’on permet à une personne sans formation de rattraper son retard et obtenir un diplôme, il en résultera des économies annuelles d’environ 10’000 francs pour les pouvoirs publics. Ces coûts sont dus à des dépenses sociales plus élevées et à des revenus des impôts et des assurances sociales plus faibles. Tel est le principal résultat d’une étude de Travail.Suisse effectuée par le bureau BASS sur les coûts pour la collectivité des personnes sans formation. Cette étude a le mérite de montrer pour la première fois de façon scientifique quelle est l’utilité financière de la formation pour la société.

Repenser la formation

Les résultats sont impressionnants : un-e travailleur-euse sans formation post-obligatoire gagne en moyenne environ 1’500 francs de moins par mois qu’une personne ayant achevé une formation professionnelle. L’absence de formation se traduit par des rapports de travail précaires, la dépendance des systèmes de sécurité sociale mais aussi des problèmes de santé. Il en résulte des coûts sociaux considérables. Pour exploiter ce potentiel d’économie, il faut opérer un changement de paradigme : il faut considérer la formation davantage comme un investissement public qui en vaut la peine.

Un premier diplôme aussi valable pour les adultes

Les pouvoirs publics doivent avoir un intérêt à ce que le plus grand nombre d’adultes ait aussi une formation de base, parallèlement au plus grand nombre possible de jeunes. Il faut abandonner l’idée que la formation de base est l’affaire exclusive des jeunes. Si un-e travailleur-euse de 45 ans obtient une formation de base, les pouvoirs publics vont économiser 200’000 francs jusqu’à sa retraite. Les cantons devraient donc promouvoir de façon conséquente et financer de nouveaux éléments comme le rattrapage professionnel permettant d’accéder à un diplôme ainsi que la validation des prestations de formation.

Assurance-chômage et aide sociale : la formation avant l’intégration

Travail.Suisse demande un changement de paradigme dans l’assurance-chômage et l’aide sociale. La formation avant l’intégration, tel est le principe qui doit prévaloir. La priorité à faire valoir pour les personnes sans formation de base est le rattrapage professionnel avant la réinsertion la plus rapide possible sur le marché du travail. Il n’y a que la formation qui offre aux personnes concernées une réelle chance à long terme de devenir complètement autonomes et de financer de façon responsable leur entretien. Une meilleure prise en compte des bourses d’études dans l’aide sociale et le soutien de la validation des prestations de formation dans l’assurance-chômage, telles sont les nouvelles voies à suivre pour y parvenir.

19 mai 2009, Martin Flügel, Président

Pour une assurance chômage sûre face à la crise

Avec la crise économique, la situation sur le marché du travail s’est fortement détériorée en très peu de temps. Travail.Suisse, l’organisation faîtière indépendante des travailleurs et travailleuses, veut éviter que la crise conjoncturelle conduise à des problèmes structurels sur le marché du travail. Travail.Suisse demande des mesures immédiates consistant à développer le chômage partiel et à augmenter les jours indemnisés à 520. De plus, il faut procéder rapidement à un assainissement durable de la l’assurance chômage dans le cadre de la 4e révision de la LACI. suite

Aujourd’hui, les chiffres du nombre de chômeurs du mois de février ont paru et le Parlement discutera de la deuxième étape du paquet conjoncturel. Travail.Suisse, l’organisation faîtière indépendante des travailleurs et travailleuses, saisit l’occasion de ces actualités pour présenter ses revendications relatives à l’assurance chômage.

Mesures immédiates
Afin de gérer la crise, deux mesures immédiates limitées dans le temps doivent rapidement être prises. Premièrement, il faut étendre les possibilités de chômage partiel et sauvegarder ainsi le plus d’emplois possibles. Deuxièmement, il faut augmenter le nombre des jours indemnisés à 520 et éviter de ce fait que des milliers de travailleurs soient exclus, en pleine récession, de l’assurance chômage. De plus, des mesures de formation continue ciblées doivent maintenir l’aptitude au travail des personnes concernées. Des interventions allant dans ce sens seront déposées par les conseillers nationaux Josiane Aubert et Meinrado Robbiani (vice-présidents désignés de Travail.Suisse) lors de cette session.

Réduire les dettes lors de la prochaine relance
Pour les travailleurs et travailleuses en Suisse, une assurance chômage solide est la contrepartie à un marché de travail flexible. Avec la 4e révision de la LACI, cet équilibre éprouvé est mis en question. Travail.Suisse s’oppose à un démantèlement des prestations qui affaiblit encore plus les faibles sur le marché du travail et revendique un assainissement rapide lors de la prochaine relance économique. Pour remettre l’assurance chômage sur les rails, une augmentation des cotisations à 3 pour cent, limitée dans le temps, et une contribution de solidarité de 2 pour cent sont nécessaires. Ces taux ne sont pas à côté de la réalité, mais ont déjà été appliqués entre 1999 et 2003 et ont permis de réduire les dettes avec succès.

09 mars 2009, Martin Flügel, Président et Susanne Blank, Responsable politique économique

Oui à la libre circulation des personnes: des contrôles qui ont fait leurs preuves au lieu d’expérimentations incontrôlables

Travail.Suisse, l’organisation faîtière indépendante des travailleurs et travailleuses, dit oui à la reconduction et à l’extension de la libre circulation des personnes avec l’UE. Un oui à la libre circulation des personnes est d’autant plus important pour les travailleuses et travailleurs que la situation économique devient de plus en plus difficile. Seul un oui va permettre de contrôler et protéger en pleine récession les salaires et les conditions de travail. En outre, les accords bilatéraux renforcent la probabilité de voir la crise et le chômage se résorber plus rapidement. suite

Les travailleuses et travailleurs craignent pour leur emploi et ont peur de la concurrence. Ces préoccupations sont à prendre au sérieux. Mais pour Travail.Suisse, ces temps difficiles sur le plan économique charrient justement aussi de bons arguments en faveur de la libre circulation des personnes.

Au lieu de promesses creuses, des instruments qui ont fait leurs preuves
L ‘UDC promet aux travailleuses et travailleurs que leur non va permettre d’éliminer sur le marché du travail la concurrence étrangère. Mais c’est une promesse creuse. Il est difficile de savoir ce que signifierait un non à la libre circulation des personnes, en considération de l’accès au marché suisse du travail. Les conséquences pour les travailleurs et travailleuses sont totalement imprévisibles. En disant oui à la libre circulation des personnes, Travail.Suisse veut maintenir les contrôles du marché du travail qui ont fait leurs preuves et combattre avec efficacité une détérioration des conditions de travail, justement en ces temps difficiles qui s’annoncent, où la pression sur les salaires et les conditions de travail est encore plus forte.

Endiguer la crise – garantir des places de travail
Nous pouvons présumer aujourd’hui que la situation sur le marché suisse du travail va s’améliorer en l’espace d’un à deux ans. Par contre, si les accords bilatéraux sont rompus, nous devons nous attendre à ce que le ralentissement conjoncturel débouche sur une crise structurelle et à ce qu’une longue période de chômage élevé touche la Suisse, ce qui ne serait pas dans l’intérêt des travailleuses et travailleurs.

15 décembre 2008, Martin Flügel, Président

L’avenir prime sur l‘origine!

Avec www.avenirorigine.ch, Travail.Suisse et la SEC suisse ont élaboré un nouvel outil qui met à disposition des entreprises formatrices des conseils pratiques afin d’éviter de discriminer des jeunes d’origine étrangère lors de la sélection des apprenti-e-s. Travail.Suisse et la SEC suisse ont présenté ce projet au public aujourd’hui à Berne. suite

Bei gleichen schulischen Leistungen haben Jugendliche mit ungewohnten, ausländischen Namen deutlich schlechtere Karten bei der Lehrstellensuche als ihre Schweizer Kollegen und Kolleginnen. Die Jugendlichen ausländischer Herkunft stehen im Verdacht, im Betrieb spezielle Probleme zu verursachen, obwohl das nachgewiesenermassen nicht der Fall ist.

Volkswirtschaftliche Ressourcenverschwendung

Die Diskriminierung hat Folgen. Natürlich für die Betroffenen selbst, aber auch für Wirt-schaft und Gesellschaft: Aus nicht oder schlecht ausgebildeten Jugendlichen werden aller Voraussicht nach schlecht qualifizierte Arbeitnehmende mit tiefem Einkommen und hohem Risiko von Arbeitslosigkeit, Invalidität und gesundheitlichen Problemen. Die Folgekosten für die Gesellschaft sind enorm.

Auch die Wirtschaft ist betroffen. Sie bildet nicht die geeignetsten Jugendlichen aus und der bereits heute prognostizierte Fachkräftemangel wird durch die Diskriminierung und den Verzicht auf das Potenzial der Jugendlichen ausländischer Herkunft verschärft.

Demographie akzentuiert die Folgen

In naher Zukunft wird der Anteil Jugendlicher ausländischer Herkunft an den Schulabgänger/innen auf gut einen Drittel steigen, im städtischen Umfeld sogar weit darüber hinaus. Wenn die Lehrbetriebe ihr Verhalten nicht ändern, sind in absehbarer Zeit grosse Teile der Schulabgänger/innen von Diskriminierung betroffen.

Plattform Zukunft statt Herkunft

Travail.Suisse und KV Schweiz wollen aktiv gegen die Diskriminierung vorgehen und haben das Projekt „Zukunft statt Herkunft“ lanciert. Auf www.zukunftstattherkunft.ch finden Lehrmeister/innen einen praktischen Werkzeugkasten für eine faire Lehrlingsselektion. Checklisten helfen, ein Verfahren, das auf die Zukunft statt auf die Herkunft setzt, durchzuführen. Es werden in einem Video und mit Porträts positive Beispiele aus dem Betriebsalltag gezeigt. Weiter werden Vorbehalte entkräftet und es wird dargelegt, warum sich eine faire Lehrlingsselektion für den Betrieb lohnt.

Branchenverbände sowie Bund und Kantone gefordert

Travail.Suisse und KV Schweiz fordern die Branchenverbände und Lehrbetriebe auf, innovative Projekte wie „Zukunft statt Herkunft“ und anonymisierte Bewerbungsplattfor-men wie www.we-are-ready.ch zu propagieren, in bestehende Informationsangebote zu integrieren und zu benutzen. Bund und Kantone sollen mit gutem Beispiel vorangehen, indem sie sich für die eigene Ausbildungstätigkeit eine Quote von mindestens 25 Prozent Lehrverträgen mit Jugendlichen ausländischer Herkunft vorgeben.

Nur durch gemeinsame Aktivitäten der Gewerkschaften, Branchenverbände, Betriebe und der öffentlichen Hand wird es gelingen, das Pulverfass Diskriminierung von Jugendlichen ausländischer Herkunft zu entschärfen.

20 novembre 2008, Martin Flügel, Président et Matthias Kuert Killer, Responsable politique sociale

Informations juridiques | Impressum | Sitemap | Full Site | LOGIN