Thèmes – Autres points forts

Jeunesse.Suisse préoccupée par la situation sur le marché du travail

Le deuxième Conseil national de Jeunesse.Suisse a eu lieu le week-end dernier. Les jeunes ont planifié les activités de leur Commission pour l’année prochaine, élu leur Président et leur Comité et adopté des résolutions au sujet du marché du travail et du cadre national des certifications CNC. suite

Jeunesse.Suisse est la Commission des jeunes de Travail.Suisse. Dans le cadre du Conseil de Jeunesse.Suisse, les jeunes des fédérations affiliées se réunissent pour établir la planification annuelle.

Résolutions

Les jeunes ont vivement débattu les questions en lien avec le marché du travail. Jeunesse.Suisse est au fait du chômage des jeunes en Europe et apprécie par conséquent la bonne situation des jeunes en Suisse. Mais cela ne veut pas dire qu’il ne faut pas rester vigilant, bien au contraire, tous les partenaires de la formation et de l’emploi des jeunes doivent se mobiliser pour un avenir professionnel prometteur pour toutes et tous. Les formations doivent répondre aux défis de notre temps. Le Conseil national de Jeunesse.Suisse a en outre insisté sur l’importance du cadre national des certifications CNC également pour les jeunes et a invité les associations professionnelles à endosser leur responsabilité en introduisant au plus vite le CNC pour leurs jeunes.

Election au Comité

Le Conseil des jeunes est l’organe d’élection de Jeunesse.Suisse. Il a reconduit pour une année le mandat du Président Jordan Kestle (Hotel & Gastro Union), dont l’élection a été accueillie par de vifs applaudissements. Sept personnes se disputaient les cinq sièges du Comité. Le processus démocratique a finalement permis d’élire Roman Helfer (Hotel & Gastro Union), Isabelle Stern (Syna), Malika Zouaoui (Syna) et Mirco Gurini (transfair). Le Conseil a également procédé à l’élection des 20 membres formant la Commission des jeunes.

Planification de la prochaine année de Jeunesse.Suisse

Le travail de planification de la prochaine année de Jeunesse.Suisse s’est concrétisé dans des workshops traitant de politique, formation, conseil et mise en réseau. Jeunesse.Suisse y était épaulée par Andy Tschümperlin, conseiller national PS Schwyz, Bruno Weber-Gobet, responsable de la politique de formation chez Travail.Suisse, Roger Lang, conseiller juridique et conseiller des jeunes membres de Hotel & Gastro Union et Maurus Blumental, directeur de la Fédération Suisse des Parlements des Jeunes. Les jeunes qui ont participé à ces workshops se sont penchés avec une vive attention sur les divers thèmes, ont exprimé leurs souhaits, apporté des modifications aux résolutions proposées et planifié les prochaines offres de formation.

Une première année couronnée de succès pour Jeunesse.Suisse

La première année de Jeunesse.Suisse a été plus que réussie : une modification des statuts lui a permis de siéger désormais au Comité et à l’Assemblée des délégués de Travail.Suisse. Un concept de communication a été mis au point, un corporate design a été créé, un nouveau site Internet mis en ligne, des cours pour les jeunes ont été organisés et divers communiqués envoyés. Jeunesse.Suisse était en outre présente avec un stand au SwisssSkillsBern 2014. Une riche année, une formidable réussite pour une Commission qui vient d’être créée !

16 octobre 2014, Jordan Kestle, Président de Jeunesse.Suisse

Mes chances après l’apprentissage

A mesure que se profile la fin de l’apprentissage, la question de l’avenir se pose de manière plus pressante. Les jeunes gens qui arrivent au terme de leur formation professionnelle trouveront dans la brochure « Mes chances après l’apprentissage » de précieuses suggestions et des conseils. L’opuscule fait partie d’une série de brochures informatives renseignant sur divers aspects du monde du travail et éditée par Travail.Suisse, l’organisation faîtière indépendante des travailleurs et des travailleuses. suite

Après l’été, des dizaines de milliers de jeunes apprenants et apprenantes ont entamé leur dernière année d’apprentissage. Pour toutes et tous se posent bientôt la question de savoir ce qu’il va se passer après la fin de l’apprentissage : est-ce que je souhaite travailler dans le métier que j’ai appris ? Est-ce que je préfère passer une année à apprendre une langue à l’étranger ou à m’investir dans un stage de volontariat social ?

Il vaut la peine de réfléchir assez tôt à la période qui suit l’apprentissage et de sonder plusieurs possibilités. La brochure de 12 pages « Mes chances après l’apprentissage » fournit des suggestions qui peuvent ouvrir des voies à toute jeune femme et tout jeune homme au commencement de sa vie professionnelle. Pour ceux qui souhaitent pratiquer le métier appris, elle donne des informations et des tuyaux sur la façon de réussir la transition entre l’apprentissage et la première place de travail.

La brochure « Mes chances après l’apprentissage » fait partie d’une série de brochures d’informations relatives à divers thèmes liés au monde du travail (salaire, caisse de pension, maternité, etc.). Toutes les brochures peuvent se commander en ligne à l’adresse www.travailsuisse.ch.

Un entrefilet dans votre publication nous ferait très plaisir. Sur demande, nous vous envoyons volontiers un exemplaire de consultation.

Pour d’autres informations :
Therese Schmid, Rédaction finale Brochure d’information de Travail.Suisse,
Tel. 031 370 21 11
Mail: schmid@travailsuisse.ch

04 septembre 2014, Therese Schmid, Responable de l’administration

Renforcement des activités de la jeunesse
chez Travail.Suisse

Depuis plusieurs années déjà, le groupe cible de la jeunesse joue pour Travail.Suisse un rôle important à travers divers projets. En 2012-2013, la collaboration avec la commission de la jeunesse a été discutée et repose désormais sur une nouvelle base. Ce nouveau départ ayant été donné, il s’agit maintenant de poursuivre avec dynamisme et constance le travail entrepris. suite

Selon la loi 1 , les personnes âgées de 25 ans révolus ou de 30 ans révolus sont considérées comme des jeunes. Au cours des dernières années, Travail.Suisse a mis au point et mené avec succès des projets très divers pour ce groupe cible. Citons par exemple le projet théâtral « Rookie » destiné aux écoles professionnelles, projet qui se penche sur les questions liées à l’intégration de nationalités diverses dans le quotidien des apprentis 2 . À ce jour, plus de 17‘000 jeunes ont participé à ce projet théâtral. De plus, Travail.Suisse a lancé le projet « L’avenir prime sur l’origine », qui met à disposition, depuis 2007, des instruments permettant de sélectionner les apprentis en toute équité 3 . Enfin, Travail.Suisse dispose de divers outils destinés à des jeunes femmes « enceintes au travail ». 4

Fondation de Jeunesse.Suisse

Travail.Suisse dispose d’une commission de la jeunesse depuis un certain temps déjà. Mais les activités de la jeunesse ont été restructurées en 2012-2013. C’est surtout la collaboration entre les diverses fédérations membres et Travail.Suisse dans le domaine des activités de la jeunesse qui a été renforcée et ancrée dans de nouvelles structures. Les jeunes qui se sont engagés dans ce processus ont décidé ensemble de ce qui suit:

À l’avenir, le travail des jeunes de Travail.Suisse portera le nom de Jeunesse.Suisse. D’une part, cette appellation devrait rendre plus visible sa proximité avec Travail.Suisse. Cette appartenance est mise en évidence par le fait que les deux noms et leur logo suivent les mêmes règles (police des caractères, couleur, forme). D’autre part, la différence de nom traduit aussi une certaine autonomie. Les jeunes souhaitent faire valoir leurs propres intérêts dans les organes de décision de Travail.Suisse, dans la politique et auprès du grand public.

De nouvelles structures

Jusqu’ici, les activités des jeunes de Travail.Suisse ne s’organisaient que par le biais d’un organe: la commission de la jeunesse. Il existe désormais quatre organes. Le conseil de la jeunesse, ouvert à tous les jeunes des fédérations affiliées 5 , qui peuvent au sein de ce conseil faire part de leurs idées et de leurs aspirations, ainsi qu’élire la commission de la jeunesse et son président ou sa présidente. Quant à la commission de la jeunesse elle-même, elle est l’organe de décision.

Elle décide des activités et des prises de position de Jeunesse.Suisse. Le comité de Jeunesse.Suisse prépare les points à traiter par la commission de la jeunesse. Quant au secrétariat, il soutient le travail du comité et de la commission de la jeunesse.

Le but de Jeunesse.Suisse

Jeunesse.Suisse se veut être une plateforme nationale d’échanges pour les jeunes des fédérations affiliées à Travail.Suisse. Elle doit permettre aux jeunes aussi bien de faire part de leurs aspirations au sein de Travail.Suisse que de les porter sur la place publique (politique, société, médias). De plus, Jeunesse.Suisse coordonnera les activités des jeunes des différentes fédérations affiliées, améliorera la qualité du travail de la jeunesse et le consolidera grâce à de nouvelles impulsions. Jeunesse.Suisse contribuera ainsi à un meilleur engagement et à une meilleure intégration des jeunes en Suisse, aux niveaux social, culturel et politique.

Il s’agit désormais de fournir un travail concret

Le premier conseil national de Jeunesse.Suisse a eu lieu le 12 octobre 2013. Les instances ont été élues et les premiers thèmes définis. Il s’est avéré dans les ateliers que les jeunes participants considéraient le marché du travail comme un thème important, tant pour les activités de formation que pour le travail politique de Jeunesse.Suisse. Il appartient désormais à la commission de la jeunesse d’organiser concrètement les cours destinés aux jeunes gens et d’étudier le vaste thème du « marché du travail » sous l’angle de la jeunesse.

1 Loi sur l’encouragement de l’enfance et de la jeunesse LEEJ: Art. 4 Groupes cibles
Les groupes cibles de la présente loi sont:
a. tous les enfants et les jeunes domiciliés en Suisse, de l’âge d’entrée à l’école enfantine à l’âge de 25 ans;
b. les jeunes de moins de 30 ans qui exercent bénévolement une fonction de direction, de conseil ou d’accompagnement au sein d’un organisme privé.
2 http://www.rookie-forumtheater.ch/rookie.html
3 http://www.zukunftstattherkunft.ch/index_de.html
4 http://www.infomutterschaft.ch/ / www.mamagenda.ch
5 Les jeunes des syndicats Syna, Hotel & Gastro Union, transfair, OCST et SCIV font partie de Jeunesse.Suisse, l’organisation nationale de la jeunesse de Travail.Suisse.

28 octobre 2013, Bruno Weber-Gobet, Responsable politique de formation

Résolution: Pas de baisse de l‘âge d’entrée dans la caisse de pension

Le Conseiller fédéral Berset planifie sous le nom de « Prévoyance-vieillesse 2020 » une grande réforme de la prévoyance professionnelle. Le but est de maintenir les prestations pour les ayant-droits malgré l’évolution démographique problématique. suite

Dans le cadre de cette réforme, on réfléchit aussi à abaisser l’âge d’entrée dans la caisse de pension qui est aujourd’hui fixé à 25 ans. Le Conseil des jeunes de Jeunesse.Suisse – l’organisation nationale des jeunes de Travail.Suisse – s’est exprimé clairement contre cette proposition lors de sa rencontre annuelle :

• La baisse de l’âge d’entrée dans la caisse de pension rendra plus difficile l’insertion professionnelle des jeunes travailleurs et travailleuses. Les jeunes deviendront des travailleurs plus chers étant donné que les employeurs devront verser leur contribution au 2ème pilier dès l’insertion professionnelle. Une telle réglementation a des effets négatifs sur le chômage des jeunes.

• Les jeunes ont déjà un salaire comparativement plus faible. Une réduction supplémentaire par des cotisations à la caisse de pension limite encore plus leur marge de manœuvre. En outre, pendant les jeunes années, on a diverses occasions de poursuivre un développement par le biais de formations continues, séjours linguistiques et voyages. Avec un salaire amoindri, il est plus difficile de constituer des réserves pour de tels plans. C’est un problème sérieux avant tout pour les jeunes dont les familles ne peuvent pas leur donner un coup de pouce financier.

• La baisse de l’âge d’entrée dans la caisse de pension n’apporte pas non plus les effets désirés pour les caisses de pension. Car les salaires comparativement plus faibles des jeunes apportent peu de revenus aux caisses de pension mais limitent en revanche les jeunes pour la constitution de leurs propres réserves.

Jeunesse.Suisse est l’organisation nationale des jeunes de Travail.Suisse. En font partie les jeunes des organisations de travailleurs et travailleuses Syna, Hotel&Gastro Union, transfair, OCST et SCIV.

Pour d’autres informations:
Jordan Kestle, Président Jeunesse.Suisse, Tel. 041 418 22 43
Bruno Weber-Gobet, Secrétariat Jeunesse.Suisse, 031 370 21 11

16 octobre 2013, Bruno Weber-Gobet, Responsable politique de formation

Premier Conseil de la jeunesse de Jeunesse.Suisse: débuts prometteurs

Le 12 octobre 2013 a eu lieu à Olten le premier Conseil national de la jeunesse de Jeunesse.Suisse. Jeunesse.Suisse est l’organisation nationale des jeunes de Travail.Suisse. Des jeunes de Suisse alémanique, romande et italienne ont pris part à ce Conseil de la jeunesse. Ces jeunes ont élu les membres de la Commission de la jeunesse et le président pour 2014. Le Conseil de la jeunesse a en outre adopté une résolution relative à la „Prévoyance vieillesse 2020“. suite

Travail.Suisse dispose déjà depuis un certain temps d’une commission des jeunes, mais, en 2012/13, le travail syndical relatif aux jeunes a reçu une nouvelle assise. C’est surtout la collaboration entre les diverses fédérations affiliées et Travail.Suisse dans le domaine du travail portant sur les jeunes qui a été renforcée et inscrite dans de nouvelles structures.

Premier Conseil national de la jeunesse de Jeunesse.Suisse

Le premier Conseil national de la jeunesse de Jeunesse.Suisse a donc eu lieu à Olten, le samedi 12 octobre 2013. Il était chargé d’élire les membres de la Commission de la jeunesse, la présidente ou le président de celle-ci et de présenter des thèmes relatifs au travail autour de la formation et à la politique. Le Conseil de la jeunesse délibère une fois par année.

Jordan Kestle élu président

C’est avec acclamation que Jordan Kestle (né en 1994) a été élu premier président officiel de Jeunesse.Suisse. Il est membre de Hotel & Gastro Union, la plus grande organisation professionnelle des travailleurs et travailleuses dans le domaine de la restauration, de l’hôtellerie et de la boulangerie-pâtisserie-confiserie. Les personnes présentes ont pris congé, en le remerciant sincèrement, de Mirco Gurini (1989) qui fut président durant la phase transitoire lors de la mise sur pied de Jeunesse.Suisse. Il est membre de transfair, l’association du personnel des salariés des secteurs Poste/Logistique, Communication, Transports publics et Administration publique.

Le Conseil de la jeunesse élit les membres de la Commission de la jeunesse

Le Conseil de la jeunesse a également élu les personnes qu’il délègue à la Commission de la jeunesse de Jeunesse.Suisse. C’est ainsi que 16 jeunes de Suisse alémanique, romande et italienne vont siéger à la Commission de la jeunesse. Ces jeunes sont membres du syndicat interprofessionnel Syna, de Hotel & Gastro Union, de transfair et du plus grand syndicat tessinois, l’OCST. Le SCIV, le plus grand syndicat du Bas-Valais, va encore proposer ses délégués.

Un constat : le marché du travail est un thème important

Il est ressorti des workshops et de l’entretien politique avec le Conseiller national Bernhard Guhl (PBD Argovie) que les jeunes considèrent le marché du travail comme un thème important, aussi bien pour le travail de la Commission de la jeunesse effectué autour de la formation que pour le travail politique. La résolution adoptée qui concerne la réforme de la „Prévoyance vieillesse 2020“ est elle aussi formulée dans la perspective du marché du travail, lorsqu’on y lit que „les débuts professionnels de la jeune main-d’œuvre sont rendus difficiles par un abaissement de l’âge d’entrée dans la caisse de pension“.

Pour de plus amples informations:
Jordan Kestle, président Jeunesse.Suisse, tél. 041 418 22 43
Bruno Weber-Gobet, secrétariat Jeunesse.Suisse, tél. 031 370 21 11

16 octobre 2013, Bruno Weber-Gobet, Responsable politique de formation

Informations juridiques | Impressum | Sitemap | Full Site | LOGIN