Thèmes – Autres points forts

Fiches didactiques sur la naturalisation

Questions et réponses pour simplifier vos démarches en 2017 et 2018

Le 1er janvier 2018, la nouvelle loi fédérale sur la nationalité (LN) et son ordonnance (OLN) entreront en vigueur. Les conditions seront plus strictes et désormais seules les personnes au bénéfice d’un permis C pourront faire une demande de naturalisation ordinaire.

Les fiches de Travail.Suisse représentent ici un outil pratique pour vous guider facilement dans vos démarches. Vous pourrez ainsi comprendre le cadre général de la procédure de naturalisation avec les principales conditions valables au niveau fédéral en 2017 et à partir de 2018. Dans le sommaire, cliquez simplement sur les fiches pour avoir rapidement accès à l’information recherchée.

Pour toute question, Travail.Suisse ainsi que votre syndicat restent à votre disposition. Excellente lecture!

>> télécharger les fiches didactiques


La naturalisation facilitée des étrangers de la troisième génération fait un nouveau pas en avant

Le Conseil des Etats vient d’approuver les modifications des projets de Constitution et de loi visant à faciliter la naturalisation des étrangers de la troisième génération. Le projet sera soumis au Conseil national avant de passer en votation populaire. Travail.Suisse, l’organisation faîtière indépendante des travailleurs et travailleuses, salue cet avancement nécessaire. suite

Durant la session, la Conseillère fédérale soutenant le projet a encore rappelé que la facilitation de la naturalisation pour les étrangers de la troisième génération ne sera pas automatique et qu’il ne s’agit pas d’un droit du sol. Travail.Suisse estime que la facilitation de la naturalisation est plus que nécessaire pour les étrangers établis en Suisse depuis trois générations et qui sont déjà intégrés. Le projet est d’ailleurs soutenu par une majorité de 21 cantons et permettrait d’harmoniser la loi au niveau fédéral pour que les conditions soient appliquées de manière égale à toutes les demandes.

Travail.Suisse tient également à rappeler que cela fait déjà neuf ans que l’initiative a été déposée. Il est temps maintenant d’aller de l’avant et de permettre enfin la votation populaire pour le projet de modification de la Constitution.

Pour plus d’informations :
Hélène Agbémégnah, responsable politique de migration et questions juridiques, tél 078 760 93 73

13 juin 2016, Hélène Agbémégnah, Responsable politique de migration et questions juridiques

L’intégration des réfugiés a besoin d’une volonté politique plus forte

Travail.Suisse, l’organisation faîtière des travailleurs et des travailleuses, est favorable à la mise en place de moyens pour renforcer l’intégration des réfugiés reconnus et des personnes au bénéfice d’une admission provisoire. Le Conseil fédéral prévoit un projet pilote pour l’intégration de ce groupe de personnes, mais ses propositions restent encore faibles. Le 29 avril, Travail.Suisse présentera une résolution à ce sujet, lors de son assemblée des délégué-e-s. suite

Hélène Agbémégnah, Responsable politique de migration et questions juridiques Travail.Suisse

Dans le cadre de la mise en œuvre de l’initiative contre l’immigration de masse, le Conseil fédéral a annoncé sa volonté de miser sur le potentiel de main-d’œuvre indigène. Son objectif est de combler en partie le manque de main-d’œuvre sur le marché du travail et de limiter le recrutement de personnes migrantes en dehors de la Suisse. Parmi les mesures destinées à atteindre cet objectif, le Conseil fédéral a prévu un projet pilote destiné à renforcer les mesures d’intégration en faveur des réfugiés et des personnes admises à titre provisoire. Ce projet pilote propose deux axes d’intervention : un apprentissage linguistique précoce pour les personnes en procédure d’asile et un préapprentissage d’intégration pour faciliter l’accès à une formation professionnelle ou au marché du travail pour les réfugiés reconnus et les personnes admises à titre provisoire. La mise en œuvre de ce programme est prévue pour 2018, mais en attendant ses propositions restent faibles au vu de la politique actuelle et de la réalité du marché du travail.

Lever les obstacles juridiques est plus que nécessaire

Bien que la plupart des personnes admises à titre provisoire et réfugiées reconnues vivent en Suisse depuis de nombres années, leur statut juridique reste précaire et entraîne des obstacles administratifs pour accéder au marché du travail. À cet effet, Travail.Suisse recommande de mettre le plus rapidement possible un terme à la taxe spéciale de 10% sur le salaire que doivent payer les admis provisoires et de supprimer également les procédures pour l’obtention d’une autorisation de travailler. Il serait toutefois aussi possible d’octroyer plus facilement une autorisation de séjour aux personnes admises provisoirement, en sachant qu’elles résident depuis de nombreuses années en Suisse. Travail.Suisse rappelle que le renforcement du statut juridique des personnes migrantes est nécessaire, afin de leur garantir une stabilité sociale et émotionnelle favorables à leur intégration.

Préserver les salaires et les conditions de travail, mais pas seulement

Les défis sont nombreux et se situent à plusieurs niveaux. Tout d’abord, la réalité du marché du travail est rude, surtout pour les personnes admises provisoirement. La seule évocation du terme « provisoire » n’incite pas les employeurs à vouloir les recruter et, s’ils le sont, c’est le plus souvent à des conditions salariales précaires et avec un contrat de courte durée. Une forte sensibilisation des employeurs est nécessaire, mais elle est rendue plus difficile au vu de l’incertitude actuelle du marché du travail suite aux négociations engagées avec l’Union européenne pour la préservation des accords sur la libre circulation des personnes (ALCP). Ensuite, la concurrence sur le marché du travail joue également un rôle, dans la mesure où le nombre de postes dans les emplois peu qualifiés diminue. La préférence est souvent donnée à des ressortissants européens. Il est dès lors nécessaire d’engager des efforts politiques plus intenses pour éviter la discrimination relative au statut et pour permettre à la fois aux ressortissants suisses, européens et des pays tiers d’y trouver leur compte.

Par ailleurs, les mesures d’insertion sur le marché du travail doivent également prendre en considération les traumatismes et les problèmes de santé des réfugiés et des admis provisoires qui freinent leur processus d’intégration. Il est nécessaire de garantir à ces personnes un soutien social et un suivi psychologique avant de les inciter à introduire le marché du travail.

L’actuelle politique d’intégration manque de cohérence

La politique actuelle en matière de migration est devenue schizophrène dans la mesure où elle promeut d’une part une meilleure intégration et d’autre part, institue des obstacles juridiques allant à son encontre. Cette situation se reflète également dans la volonté d’insérer plus facilement sur le marché du travail les personnes admises provisoirement et les réfugiés reconnus en prenant parallèlement des mesures pour réaliser des économies sur l’aide sociale. Or, ces mesures sont souvent de nature coercitive et vont à l’encontre d’un processus d’intégration. La volonté politique de faciliter la révocation des autorisations de séjour et d’établissement en cas de dépendance à l’aide sociale pose aussi un obstacle à l’intégration. Les personnes admises provisoirement qui souhaiteraient obtenir une autorisation de séjour seraient aussi concernées.

Pour terminer, le projet pilote destiné à renforcer l’intégration des réfugiés et des admis provisoires prendra seulement effet en 2018. À ce moment, le faible nombre de personnes qui seront prises en charge ne représente qu’une faible proportion du nombre total de réfugiés et d’admis provisoires vivant en Suisse. Il serait illusoire de penser, même si des mesures sont nécessaires, que la force de travail des personnes issues de l’asile puisse combler le manque de main-d’œuvre provoqué par la mise en application de l’initiative contre l’immigration de masse. Se pose dès lors la question de l’adéquation des ressources financières avec les mesures envisagées. Au vu de la situation, les efforts qui veulent être mis en place ne pourront être efficaces que si la volonté politique d’intégrer est plus forte et suit une ligne cohérente.

11 avril 2016, Hélène Agbémégnah, Responsable politique de migration et questions juridiques

Mise en oeuvre de l’art. 121a Cst.: Un Conseil fédéral sans boussole

Le Conseil fédéral a présenté aujourd’hui le message sur la mise en œuvre de l’article 121a de la Constitution fédérale. Pour Travail.Suisse, l’organisation faîtière indépendante des travailleurs et travailleuses, une clause de sauvegarde unilatérale ne règle pas le problème mais le repousse seulement. Dans le même temps, les mesures décidées pour protéger les salaires et les conditions de travail sont beaucoup trop modestes. Elles ne suffiront pas à convaincre la population de la poursuite de la voie bilatérale avec l’Union européenne (UE). Dans ce dossier, le Conseil fédéral agit de façon très hésitante et sans boussole. suite

La mise en œuvre de l’Art. 121a de la Constitution fédérale reste un problème non résolu. Nous considérons que l’introduction unilatérale d’une clause de sauvegarde avec des contingents ne mènera pas au but recherché. La rupture latente d’un accord international n’est pas seulement indigne de l’Etat de droit suisse mais met aussi en péril l’évolution économique et du marché du travail. « La voie choisie par le Conseil fédéral ne règle pas le problème mais le repousse simplement tout en le déléguant au Parlement », indique Adrian Wüthrich, Président de Travail.Suisse.

Au sujet des mesures d’accompagnement, la possibilité de prolonger les contrats types de travail et d’exiger le dépôt d’une adresse en Suisse pour les entreprises étrangères doivent être introduites pour permettre réellement l’application des décisions prises dans le cadre de la loi sur les travailleurs détachés. Les deux mesures étaient déjà en souffrance et correspondent à une mise en œuvre légale d’une réalité déjà partiellement vécue dans les cantons. Mais elles ne suffisent pas pour améliorer de façon tangible la protection des salaires et des conditions de travail pour les travailleurs et travailleuses.

Blocage des employeurs – attitude trop hésitante du Conseil fédéral

Il ressort du rapport du groupe de travail Zürcher que les employeurs ont refusé toute adaptation des mesures d’accompagnement. Cette attitude de blocage a compliqué dès le début la tâche du Conseil fédéral. Il est malgré tout incompréhensible pour Travail.Suisse que le Conseil fédéral n’ait pas au moins dégelé et repris les mesures figurant dans le message sur l’optimisation des mesures d’accompagnement. Il aurait été ainsi possible par exemple de rendre obligatoire dans une branche, lors d’une décision d’extension d’une convention collective de travail, non seulement les prescriptions concernant les salaires mais aussi le temps de travail et de repos, les vacances et la réglementation des frais. Aussi la proposition d’adapter le quorum nécessaire pour la déclaration de force obligatoire normale, proposée par une partie des employeurs, devrait obligatoirement faire partie du paquet global pour la mise en œuvre de l’Art. 121a. Adrian Wüthrich : « Les employeurs se soustraient à leur responsabilité et le Conseil fédéral agit de façon très hésitante – le cumul des deux produit un jeu très risqué à l’issue incertaine ».

Une politique fiable est requise

Pour Travail.Suisse, seule une solution négociée avec l’UE représente une politique fiable. Il est aussi clair pour nous qu’il faut aussi garantir la protection des salaires et des conditions de travail, améliorer l’intégration des jeunes dans le marché du travail, augmenter la participation des femmes au marché du travail par une simplification de la conciliation entre vie professionnelle et vie familiale et assurer le maintien des travailleurs plus âgés sur le marché du travail. Ce n’est qu’ainsi que l’on réussira à convaincre la population de la poursuite de la voie bilatérale avec l’UE.

Pour d’autres renseignements :
Adrian Wüthrich, Président, membre du groupe de travail Zürcher, Tél. 079 287 04 93

04 mars 2016, Adrian Wüthrich, Président

L’initiative de mise en œuvre et le terrorisme des mots

Si l’évocation du terme « étranger » incite parfois à la méfiance ou au rejet, celle de « criminel » provoque inévitablement la peur. En 2010, l’initiative pour le renvoi des « étrangers criminels » produisait un effet trompeur, mais aujourd’hui l’initiative de mise en œuvre va plus loin encore et pose un réel danger pour notre système institutionnel et démocratique suisse. Pour le préserver et garantir la sécurité et l’intégration, il est temps de faire place à la réflexion. Car si l’émotion est souvent la première conseillère, elle n’est de loin pas la meilleure. suite

Le 28 février 2016, il ne s’agira pas de voter sur la possibilité de renvoyer des étrangers qui ont commis des délits, mais plutôt sur la systématisation des décisions de renvois incompatible avec les engagements internationaux de la Suisse et sur une initiative dangereuse pour la stabilité politique et sociale.

Oui à la sécurité, non au mensonge !

La formulation de l’initiative de mise en œuvre crée la confusion en laissant croire que les renvois ne sont pas effectifs et que le Parlement n’a pas mis en œuvre l’initiative « Pour le renvoi des étrangers criminels ». Mais c’est tout le contraire, puisque le Parlement a légiféré en adoptant une loi d’exécution. Il est donc non seulement possible de renvoyer des étrangers qui ont commis des délits, mais aussi de le faire avec une loi plus sévère qu’avant. Alors pourquoi parler de « renvoi effectif » si cela est déjà possible ? L’automatisme des décisions de renvoi sans examen au cas par cas génèrera en réalité une insécurité juridique qui influera sur de nombreuses sphères de la vie quotidienne. En effet, la loi doit être assez claire et prévisible pour protéger les citoyens contre ses effets secondaires négatifs. Or, l’initiative est contraire à la Convention européenne des droits de l’homme et ne respecte pas le principe de proportionnalité qui permet de prévenir la discrimination et l’arbitraire. Par ailleurs, les ressortissants européens soumis à l’Accord sur la libre circulation des personnes pourront aussi être renvoyés, ce qui affaiblira encore davantage les relations de la Suisse avec l’Europe. En outre, la nationalité ne doit pas être un critère pour juger plus sévèrement un délit ou un crime, sinon la loi ne sert plus à lutter contre la criminalité mais à instituer la xénophobie.

Saper l’intégration, c’est aussi encourager la délinquance

Les étrangers de la deuxième et troisième génération devront aussi quitter la Suisse s’ils commettent un délit, même de moindre importance en cas de récidive. Le caractère systématique du renvoi crée un véritable obstacle à leur intégration, alors qu’ils sont nés ou arrivés très jeunes en Suisse et qu’ils sont pour la plupart actifs sur le marché du travail. Comment serait-il possible de renvoyer quelqu’un dans un pays qu’il ne connaît que très peu ou pas du tout sans entraver son processus d’intégration ? Quel message serait alors transmis aux étrangers dont le moindre faux pas pourrait les conduire à être séparés de leur famille et à être exclus d’un retour sur le marché du travail ? L’initiative de mise en œuvre ne mesure pas les graves impacts sur la société que peuvent avoir les conséquences d’un renvoi automatique d’une personne sur le reste de sa famille vivant en Suisse. De même, elle sabote les investissements fournis dans la formation et l’éducation destinés à permettre aux personnes de s’intégrer ensuite au système suisse du marché du travail. Renvoyer une personne formée en Suisse dans un pays qu’elle ne connaît pas, c’est également renforcer sa vulnérabilité. Paradoxalement, l’initiative voudrait combattre la délinquance mais ne ferait que la renforcer en sabotant l’intégration par la voie de la discrimination et de l’exclusion sociale.

Par ailleurs, parmi le catalogue des actes pénalement punissables provoquant un renvoi automatique figurent également les abus en matière d’aide sociale et d’assurances sociales. Non seulement le concept de « criminalité » évoqué par l’initiative de mise en œuvre est utilisé abusivement pour manipuler l’opinion publique, mais en plus il peut porter gravement atteinte au sentiment d’intégration des étrangers qui ne sont pas des « criminels ». Les actes punissables d’une peine pécuniaire ou d’une amende et pour lesquels l’automatisme du renvoi est prévu ne devraient pas être qualifiés de « crimes ».

La justice ne doit pas être un instrument politique

Le contenu et la forme de l’initiative s’apparentent à ceux d’une loi contenant des règles précises auxquelles il n’est pas possible de déroger. Le but consiste donc à court-circuiter le travail du Parlement qui est chargé de l’élaboration des lois. Cette stratégie dangereuse viole la séparation des pouvoirs qui est le gage d’un Etat démocratique. Une initiative n’a pas pour rôle de dicter la loi, mais d’exprimer une volonté populaire. Or il est clair que la volonté du peuple n’est pas de renoncer à un Etat démocratique garant des droits fondamentaux. En voulant dicter la loi et en contournant les règles de procédures qui permettent de faire usage du référendum en cas de désaccord avec le Parlement, l’initiative est ici instrumentalisée à des fins politiques uniquement.

Pour éviter le démantèlement progressif du système démocratique et pour ne pas laisser les mots manipuler dangereusement les concepts de sécurité et d’intégration, il est donc essentiel de réagir en votant NON le 28 février 2016.

25 janvier 2016, Hélène Agbémégnah, Responsable politique de migration et questions juridiques

Projet d’ordonnance d’exécution relative à la loi sur la nationalité révisée

19 novembre 2015, Hélène Agbémégnah, Responsable politique de migration et questions juridiques

RSS | D | F | Info juridiques | Impressum | Sitemap | Full Site | LOGIN