Thèmes – Egalité

Conseil national : Non au congé paternité

Le Conseil national a aujourd’hui refusé l’initiative parlementaire Candinas pour un congé paternité de deux semaines. Il politise ainsi à nouveau les besoins de la population.
Travail.Suisse s’engage depuis des années en faveur d’un congé paternité. La décision du jour démontre un mépris envers tous les pères et toutes les mères. Le Conseil national ne veut même les aider par une percée avec une solution minimale. Une telle politique de la famille est tout sauf moderne. suite

C’est pourquoi Travail.Suisse prépare, avec d’autres organisations, une initiative populaire pour un congé paternité de 20 jours de travail. L’initiative devrait être lancée ce printemps. Aujourd’hui, les pères n’ont aucun droit à pouvoir bénéficier d’un congé paternité à l’occasion de la naissance de leur enfant. Dans le cadre des heures et des jours de congé usuel selon le Code des obligations, leur employeur ne leur accorde la plupart du temps qu’un seul jour de congé. C’est autant de temps que pour un déménagement. Les pères modernes souhaitent pourtant assumer leurs responsabilités envers leur nouvelle famille dès le premier jour, et pas seulement du point de vue financier, mais aussi du point de vue du temps qui lui est consacré. C’est pourquoi un congé paternité digne de ce nom est une préoccupation urgente qui permettra enfin une avancée.

Plus d’informations :
Matthias Kuert Killer, Responsable politique sociale, 031 370 21 11, 079 777 24 69

27 avril 2016, Matthias Kuert Killer, Responsable politique sociale

Le Parlement continue à refuser un congé paternité

La même commission qui s’était prononcée il y a moins d’un an pour un congé paternité de deux semaines a fait marche arrière dans sa nouvelle composition. Cela montre bien que le congé paternité, attendu depuis longtemps, ne deviendra réalité que si la population prend les choses en main au moyen d’une initiative populaire. suite

La Commission sociale du Conseil national recommande à celui-ci de ne pas donner suite à l’initiative parlementaire Candinas pour un congé paternité de dix jours. Même si le besoin est avéré depuis longtemps, qu’il améliorerait nettement les conditions cadres pour les jeunes familles et qu’une grande partie de la population est en faveur d’un congé paternité, le Parlement y reste sourd pour des raisons idéologiques. C’est pourquoi, sans la pression d’une initiative populaire pour un congé paternité, rien ne bougera. C’est la raison pour laquelle Travail.Suisse a déjà décidé en décembre 2015 de préparer avec d’autres organisations une initiative populaire.

Pour plus d’informations :
Matthias Kuert Killer, Reponsable de la politique sociale, tél. 079 777 24 69

22 janvier 2016, Matthias Kuert Killer, Responsable politique sociale

Congé-paternité : Travail.Suisse prépare une initiative populaire

Le Comité de Travail.Suisse, l’organisation faîtière indépendante des travailleurs et travailleuses, a décidé sans opposition, lors de sa séance du 9 décembre 2015, de préparer les travaux pour le lancement d’une initiative populaire pour un congé paternité payé. C’est l’assemblée des délégué-e-s qui décidera du lancement de l’initiative à fin avril 2016. suite

Après l’échec de l’initiative parlementaire du Conseiller national Candinas pour un congé paternité payé de 10 jours, le Comité a décidé de la marche à suivre pour que l’on parvienne à concrétiser un congé paternité approprié. Le Comité de Travail.Suisse constate qu’il n’y a pas de majorité au Parlement pour cette requête largement soutenue par la population. Déjà avant l’intervention Candinas, plusieurs tentatives avaient échoué au Parlement. Le lancement d’une initiative populaire est donc une suite logique et les citoyens et citoyennes doivent pouvoir se prononcer. L’initiative populaire permettra à la population de concrétiser cette demande.

Le congé paternité répond à un vrai besoin : un sondage représentatif, que Travail.Suisse a effectué à la fin de l’été de cette année, a notamment montré que 80 pourcent des citoyens et citoyennes sont pour que les pères, après la naissance d’un enfant, aient droit à un congé paternité légal et payé. A l’heure actuelle, la plupart des pères n’ont droit qu’à un jour. Un nombre très restreint d’entreprises prévoient un congé de 10 jours. Et très rares sont celles qui octroient un véritable congé paternité d’au moins 20 jours de travail.

C’est pourquoi, le Comité de Travail.Suisse veut lancer une initiative populaire. Il a chargé le secrétariat de préparer une initiative populaire pour un congé paternité de 20 jours de travail. Parallèlement, les 11 fédérations membres de Travail.Suisse sont invitées à soutenir l’initiative. Simultanément, d’autres fédérations et organisations en-dehors de Travail.Suisse seront contactées pour soutenir l’initiative. Le but de Travail.Suisse est de pouvoir réunir dans une vaste alliance plusieurs organisations de la société civile. L’initiative doit être lancée avec ces organisations au début mai 2016. C’est à l’assemblée des délégué-e-s de Travail.Suisse qu’il reviendra de décider définitivement sur le lancement de l’initiative à la fin du mois d’avril 2016.

Pour d’autres informations :
Adrian Wüthrich, Président de Travail.Suisse, 031 370 21 11 ou 079 287 04 93

10 décembre 2015, Adrian Wüthrich, Président

La Commission sociale du Conseil des Etats en décalage complet avec les besoins de la population

Travail.Suisse, l’organisation faîtière indépendante des travailleurs et travailleuses, est fâchée du rejet de l’initiative parlementaire Candinas par la Commission sociale du Conseil des Etats. Ce faisant, la commission ignore complètement les besoins de la population : 80 pourcent des citoyens et citoyennes recommandent un congé paternité payé et ancré dans la loi. Et on sent déjà que la population est en train de prendre les choses en main directement. suite

La CSSS du Conseil des Etats avait, début septembre, avec des arguments cousus de fil blanc, repoussé la décision sur l’initiative parlementaire Candinas pour un congé paternité de deux semaines. Lors de sa session d’hier – donc après les élections fédérales – elle l’a cette fois-ci rejeté sans vergogne. Et cela malgré le fait que la commission sœur du Conseil national se soit exprimée en faveur de l’initiative. Cette décision de la CSSS va complètement à l’encontre de la volonté d’une grande majorité de la population : un sondage représentatif, sur mandat de Travail.Suisse, a montré que 80 pourcent de la population veut l’introduction d’un congé paternité.

Selon le Droit des obligations, les pères ont droit à un jour de congé lors de la naissance d’un enfant, exactement comme pour un déménagement. Les pères modernes veulent prendre des responsabilités pour leur nouvelle famille dès le premier jour, et cela pas seulement financièrement mais aussi en temps. Un congé paternité digne de ce nom est donc une exigence urgente qu’il faut enfin mener à bien.

La balle est maintenant dans le camp du Conseil des Etats. Matthias Kuert Killer, Responsable de la politique sociale chez Travail.Suisse, avertit : « Si le congé paternité échoue là aussi, la population va prendre la requête en mains et la fera aboutir avec une initiative populaire. »

Pour d’autres informations :
Matthias Kuert Killer, responsable du dossier de politique sociale, Tél. 031/370 21 11 ou 079/ 777 24 69

04 novembre 2015, Matthias Kuert Killer, Responsable politique sociale

La Commission sociale du Conseil des Etats peut donner un signal important pour un congé-paternité

Aujourd’hui et demain, la Commission sociale du Conseil des Etats se réunit une dernière fois dans sa composition actuelle et débattra entre autres du thème du congé paternité. Après que la commission ait repoussé cet été avec des arguments cousus de fil blanc l’initiative parlementaire Candinas qui demande un congé paternité de deux semaines, payé par le régime des APG, elle doit maintenant prendre position. Travail.Suisse demande à la commission un signal clair pour un congé paternité payé. suite

Les temps sont mûrs pour un congé paternité. Un sondage représentatif effectué sur mandat de Travail.Suisse en été 2015 montre que plus de 80 pourcent de la population recommande un congé paternité payé et fixé dans la loi. L’initiative parlementaire Candinas permet de soumettre un projet même s’il demeure très modeste. Après que le Parlement ait exprimé la volonté de trouver une solution, le temps est venu de ne pas faire les choses à moitié. Travail.Suisse demande que la Commission sociale du Conseil des Etats prenne elle aussi enfin au sérieux les besoins de la population et des familles et donne le mandat d’élaborer une loi concrète. Quelle que soit l’issue, Travail.Suisse va maintenir la pression à haut niveau : il n’est plus concevable que le congé paternité se limite à un jour de congé et soit donc traité exactement comme le congé accordé en cas de déménagement.

Pour plus d’informations :
Matthias Kuert Killer, Responsable de la politique sociale, tél. 031/370’21’11 ou 077/777’24’69

02 novembre 2015, Matthias Kuert Killer, Responsable politique sociale

RSS | D | F | Info juridiques | Impressum | Sitemap | Full Site | LOGIN