Thèmes – Formation

L’épouvantail de l’obligation !

En vertu de la Constitution fédérale, la Confédération a pour tâche de légiférer sur la formation continue. Travail.Suisse demande que le principe de « Trois jours de formation continue obligatoire pour tous les travailleurs, financés par les employeurs » soit ancré dans la loi en question. Pour Travail.Suisse, il était déjà clair, lors du lancement de l’idée d’obligation que celle-ci se heurterait à une certaine résistance. La question se pose toutefois de savoir si cette résistance au caractère obligatoire n’est pas irréfléchie. Car quiconque se penche de manière approfondie sur ce projet constate que la notion d’obligation est tout sauf un épouvantail.

06 octobre 2008, Bruno Weber-Gobet, Responsable politique de formation

Trois jours de formation continue obligatoire pour tous : Dix raisons de dire Oui

Le Conseil fédéral a pour tâche de créer une loi sur la formation continue. Travail.Suisse demande que le principe de « Trois jours de formation continue obligatoire pour tous les travailleurs, financés par les employeurs » soit ancré dans cette loi. De nombreuses raisons – intéressantes non seulement pour les travailleurs, mais aussi pour les employeurs – parlent en faveur de cette exigence.

22 septembre 2008, Bruno Weber-Gobet, Responsable politique de formation

Trois jours de formation continue obligatoire pour tous : Dix raisons de dire Oui

Le Conseil fédéral a pour tâche de créer une loi sur la formation continue. Travail.Suisse demande que le principe de « Trois jours de formation continue obligatoire pour tous les travailleurs, financés par les employeurs » soit ancré dans cette loi. De nombreuses raisons – intéressantes non seulement pour les travailleurs, mais aussi pour les employeurs – parlent en faveur de cette exigence.

22 septembre 2008, Bruno Weber-Gobet, Responsable politique de formation

Elle n’a de sens que pour la formation professionnelle supérieure

La Commission de l’économie et des redevances (CER) du Conseil des Etats a adopté une motion qui charge le Conseil fédéral d’étudier une nouvelle réglementation de la déduction fiscale sur le perfectionnement et la formation continue nécessités sur le plan professionnel. . Selon l’administration fiscale, la demande de la CER entraînera un moins-perçu de quelque 50 millions de francs au total pour la Confédération et les cantons. Que dire de cette demande de la commission des Etats ? Du point de vue de Travail.Suisse, la réponse à cette question dépend beaucoup du contexte dans lequel elle est posée et des conséquences non prévues de la demande sur d’autres affaires politiques.

08 septembre 2008, Bruno Weber-Gobet, Responsable politique de formation

Elle n’a de sens que pour la formation professionnelle supérieure

La Commission de l’économie et des redevances (CER) du Conseil des Etats a adopté une motion qui charge le Conseil fédéral d’étudier une nouvelle réglementation de la déduction fiscale sur le perfectionnement et la formation continue nécessités sur le plan professionnel. . Selon l’administration fiscale, la demande de la CER entraînera un moins-perçu de quelque 50 millions de francs au total pour la Confédération et les cantons. Que dire de cette demande de la commission des Etats ? Du point de vue de Travail.Suisse, la réponse à cette question dépend beaucoup du contexte dans lequel elle est posée et des conséquences non prévues de la demande sur d’autres affaires politiques.

08 septembre 2008, Bruno Weber-Gobet, Responsable politique de formation

RSS | D | F | Info juridiques | Impressum | Sitemap | Full Site | LOGIN