Thèmes – Formation

Loi sur la formation continue: l’obligation comme voix royale

Le Conseil fédéral a chargé aujourd’hui le DFE d’élaborer jusqu’en 2011 un projet de consultation pour une loi sur la formation continue. Travail.Suisse salue ce pas depuis longtemps attendu. La semaine dernière justement, l’organisation faîtière indépendante des travailleurs et travailleuses a présenté, à l’occasion d’une conférence de presse, ses exigences et propositions pour une loi sur la formation continue. Pour Travail.Suisse, une obligation de trois jours de formation continue y est centrale. suite

La formation continue est un facteur de réussite central pour l’économie suisse. Nous ne pourrons maintenir notre niveau de vie élevé à l’avenir que si l’on parvient à adapter les connaissances et les compétences de tous les travailleurs et travailleuses aux nouvelles exigences. C’est pourquoi Travail.Suisse salue le fait que le Conseil fédéral ait donné aujourd’hui le mandat d’élaborer une loi sur la formation continue et constitué à cette fin une commission d’experts. Il est dès lors possible d’aborder les problèmes de fond de la formation continue en Suisse.

La formation continue pour tous, garantie seulement par une obligation

Un problème central de la situation actuelle dans la formation continue est sa répartition inégalitaire. Aujourd’hui, se forment en premier lieu les hommes qui travaillent à plein temps et qui ont déjà un bon niveau de formation. En revanche, les travailleurs/euses à temps partiel, les femmes et en particulier les personnes peu qualifiées ne pratiquent aucune formation continue ou très peu. La politique de formation continue actuelle n’est pas en mesure de surmonter cette répartition unilatérale inadéquate tant sur le plan économique que sur celui de la société. Afin que la formation continue devienne un standard pour tous les travailleurs, Travail.Suisse demande une obligation de formation continue. Ce n’est qu’ainsi que l’on peut garantir qu’aussi à l’avenir une grande partie des travailleurs dispose du niveau de formation nécessaire, actualisé et meilleur. L’obligation peut être mise en œuvre sans grands frais administratifs et crée les conditions requises pour une politique de la formation continue orientée vers l’avenir.

04 novembre 2009, Martin Flügel, Président

L’obligation généralisée de formation continue : la solution idéale

La formation continue généralisée est un facteur de succès primordial pour l’économie suisse. Il faut adapter aux exigences sans cesse renouvelées le savoir et le savoir-faire de toutes les travailleuses et de tous les travailleurs, faute de quoi nous ne pourrons pas maintenir notre niveau de vie élevé. Travail.Suisse exige l’introduction d’une obligation légale afin que la formation continue pour tous devienne une réalité.

26 octobre 2009, Bruno Weber-Gobet, Responsable politique de formation

L’obligation généralisée de formation continue : la solution idéale

La formation continue généralisée est un facteur de succès primordial pour l’économie suisse. Il faut adapter aux exigences sans cesse renouvelées le savoir et le savoir-faire de toutes les travailleuses et de tous les travailleurs, faute de quoi nous ne pourrons pas maintenir notre niveau de vie élevé. Travail.Suisse exige l’introduction d’une obligation légale afin que la formation continue pour tous devienne une réalité.

26 octobre 2009, Martin Flügel, Président

Seule l’obligation garantit une formation continue pour tous

La formation continue généralisée est un facteur de succès primordial pour l’économie suisse. Il faut adapter aux exigences sans cesse renouvelées le savoir et le savoir-faire de toutes les travailleuses et de tous les travailleurs, faute de quoi nous ne pourrons pas maintenir notre niveau de vie élevé. Travail.Suisse exige l’introduction d’une obligation légale afin que la formation continue pour tous devienne une réalité. L’organisation indépendante des travailleurs et travailleuses a soutenu cette revendication lors d’une conférence de presse qui a eu lieu ajourd’hui à Berne. suite

Depuis 2006, la Confédération est chargée de créer une loi sur la formation continue. Il semble que le Conseil fédéral et le Parlement soient enfin prêts à prendre en main cette mission. Les commissions de la science, de l’éducation et de la culture (CSEC) ont approuvé une initiative parlementaire allant dans ce sens.

Le monde change à une vitesse fulgurante – La formation continue est une nécessité

Le savoir et le savoir-faire des travailleuses et des travailleurs est un facteur primordial de notre prospérité. Le système suisse de formation est aisément capable de donner une bonne formation de base à la plupart des jeunes gens. Mais ce système ne suffit plus, et de loin, à assurer demain à la Suisse son premier rang au plan économique. Les mutations sociales, technologiques et économiques du monde du travail sont conséquentes. Les travailleuses et les travailleurs doivent gérer des exigences croissantes dans un laps de temps toujours plus serré. La « demi-vie » du savoir et du savoir-faire se fait plus courte. Par rapport à l’état de leur formation, les travailleuses et les travailleurs sont mis au rancart de plus en plus tôt. Or, l’évolution démographique obligera bientôt l’économie suisse à se tourner vers les travailleuses et les travailleurs âgés.
La formation continue est l’instrument le plus important pour mettre à jour en permanence les connaissances des travailleuses et des travailleurs. Grâce à la formation continue, le travailleur en tant qu’individu peut adapter en permanence son savoir et son savoir-faire aux nouvelles exigences et se charger de tâches supplémentaires. Ainsi, les travailleurs augmentent leur productivité.

La formation continue pour tous grâce à l’obligation généralisée de formation continue

Or, l’inégalité de la répartition en matière de formation continue représente le problème essentiel de la situation actuelle. Aujourd’hui, ce sont les hommes bien formés travaillant à plein temps qui suivent une formation continue. En revanche, les travailleurs à temps partiel, les femmes et en particulier les personnes peu qualifiées se forment nettement moins, voire presque pas.

La politique actuelle en matière de formation continue n’est pas en mesure de rétablir l’équilibre. C’est pourquoi, Travail.Suisse exige une nouvelle politique dans ce domaine, c’est-à-dire une politique de la formation continue qui permette d’adapter aux exigences sans cesse renouvelées le savoir et le savoir-faire de tous les travailleurs.

Cela signifie concrètement que la formation continue doit devenir une évidence. C’est pourquoi, il faut formuler une obligation généralisée. C’est à cette seule condition que la formation continue deviendra la norme pour tous les travailleurs et travailleuses et c’est le seul moyen qui leur garantisse la possibilité de mettre à jour et d’augmenter en permanence leur niveau de formation. C’est pourquoi, Travail.Suisse exige d’inscrire dans la future loi l’obligation pour tous les travailleurs et travailleuses de pratiquer la formation continue. Cette obligation peut être réalisée sans dépenses adminstratives et est la base d’une politique de formation continue orientée vers l’avenir.

23 octobre 2009, Bruno Weber-Gobet, Responsable politique de formation et Martin Flügel, Président

Formation continue: voici comment s’y prendre

Se former régulièrement est toujours plus important. Le sujet de la formation continue fait partie, pour Travail.Suisse, des principaux thèmes, sur lesquels l’organisation faîtière s’engage. Cette nouvelle brochure de Clever apporte un soutien pratique aux personnes qui sont à la recherche d’une formation continue appropriée pour elles.

07 septembre 2009, Bruno Weber-Gobet, Responsable politique de formation

Informations juridiques | Impressum | Sitemap | Full Site | LOGIN