Thèmes – Formation – Formation continue

Les œillères des employeurs

Lors de sa conférence de presse du 29 mars 2010, l’Union patronale suisse a présenté sa prise de position sur la politique de la formation continue de la Confédération. Travail.Suisse est satisfaite de voir que l’Union patronale, malgré une réserve, ne refuse pas en principe l’élaboration d’une loi sur la formation continue et entrouvre même la porte à une législation minimale dans le domaine de la validation des acquis de la formation continue et des formations de rattrapage ciblées sur des groupes spécifiques. Le problème, c’est que l’Union patronale occulte complètement trois questions importantes liées à la formation continue. Dans notre article, nous allons nous attacher à ces trois points escamotés.

Annexe Dimension

PD Les oeillères des employeurs.doc 37 KB

19 avril 2010, Bruno Weber-Gobet, Responsable politique de formation Drucker-icon

Comparaison de deux projets de loi

Depuis 2007, Travail.Suisse se penche attentivement sur la loi sur la formation continue. Nous avons régulièrement mis au point nos idées à ce sujet dans des prises de position, dont nous avons présenté l’ensemble aux médias en automne 2009, dans un rapport récapitulatif intitulé «Exigences et propositions relatives à une loi sur la formation continue». La Fédération suisse pour la formation continue FSEA présentait également un projet de loi deux mois plus tard. Ces deux rapports contiennent de nombreux chevauchements, mais également des différences manifestes. Le présent article indique et évalue les distinctions principales.

Annexe Dimension

PD Comparaison de deux projets de loi.doc 51 KB

22 février 2010, Bruno Weber-Gobet, Responsable politique de formation Drucker-icon

Bons de formation destinés aux personnes souhaitant se réinsérer dans la vie professionnelle

Selon la loi sur la formation professionnelle , la Confédération soutient les offres destinées aux personnes souhaitant se réinsérer dans la vie professionnelle. Toutefois, une politique de mise en œuvre de cette base légale fait encore défaut à ce jour. Travail.Suisse insiste pour que la mise en application soit prise en main. Il existe un besoin en matière d’information, de consultation et de financement des personnes souhaitant se réinsérer dans la vie professionnelle.

Annexe Dimension

PD Bons de formation destinés aux personnes souhaitant se réinsérer dans la vie professionnelle.doc 50 KB

07 décembre 2009, Bruno Weber-Gobet, Responsable politique de formation Drucker-icon

Quatre questions de principe du point de vue de Travail.Suisse

Travail.Suisse, l’organisation faîtière indépendante des travailleurs et travailleuses, se réjouit de la décision prise par le Conseil fédéral de confier à une commission d’experts un mandat destiné à mettre au point une loi sur la formation continue. Dans un rapport , Travail.Suisse a déjà formulé des « Exigences et propositions relatives à une loi sur la formation continue ». Dans le présent article du Service de presse, nous voulons aborder quatre questions primordiales pour l’élaboration d’une telle loi et esquisser les solutions que nous proposons à cet effet.

Annexe Dimension

PD Quatre questions de principe du point de vue de Travail.Suisse.doc 41 KB

09 novembre 2009, Bruno Weber-Gobet, Responsable politique de formation Drucker-icon

Loi sur la formation continue: l’obligation comme voix royale

Le Conseil fédéral a chargé aujourd’hui le DFE d’élaborer jusqu’en 2011 un projet de consultation pour une loi sur la formation continue. Travail.Suisse salue ce pas depuis longtemps attendu. La semaine dernière justement, l’organisation faîtière indépendante des travailleurs et travailleuses a présenté, à l’occasion d’une conférence de presse, ses exigences et propositions pour une loi sur la formation continue. Pour Travail.Suisse, une obligation de trois jours de formation continue y est centrale. suite

La formation continue est un facteur de réussite central pour l’économie suisse. Nous ne pourrons maintenir notre niveau de vie élevé à l’avenir que si l’on parvient à adapter les connaissances et les compétences de tous les travailleurs et travailleuses aux nouvelles exigences. C’est pourquoi Travail.Suisse salue le fait que le Conseil fédéral ait donné aujourd’hui le mandat d’élaborer une loi sur la formation continue et constitué à cette fin une commission d’experts. Il est dès lors possible d’aborder les problèmes de fond de la formation continue en Suisse.

La formation continue pour tous, garantie seulement par une obligation

Un problème central de la situation actuelle dans la formation continue est sa répartition inégalitaire. Aujourd’hui, se forment en premier lieu les hommes qui travaillent à plein temps et qui ont déjà un bon niveau de formation. En revanche, les travailleurs/euses à temps partiel, les femmes et en particulier les personnes peu qualifiées ne pratiquent aucune formation continue ou très peu. La politique de formation continue actuelle n’est pas en mesure de surmonter cette répartition unilatérale inadéquate tant sur le plan économique que sur celui de la société. Afin que la formation continue devienne un standard pour tous les travailleurs, Travail.Suisse demande une obligation de formation continue. Ce n’est qu’ainsi que l’on peut garantir qu’aussi à l’avenir une grande partie des travailleurs dispose du niveau de formation nécessaire, actualisé et meilleur. L’obligation peut être mise en œuvre sans grands frais administratifs et crée les conditions requises pour une politique de la formation continue orientée vers l’avenir.

04 novembre 2009, Martin Flügel, Président Drucker-icon