Thèmes – Formation

Les places d’apprentissage faciles d’accès sont rares, en dépit de la bonne conjoncture

Malgré la bonne conjoncture et une légère hausse du nombre de places d’apprentissage attribuées dans les différents cantons, la situation sur le marché des places d’apprentissage continue d’être tendue. En effet, le nombre de jeunes parvenus au terme de leur scolarité est à son paroxysme, et les places de formation manquent notamment pour ceux qui ont des difficultés scolaires ou sociales. À elle seule, la bonne conjoncture ne saurait résoudre le problème des places d’apprentissage. Il faudra donc déployer des efforts particuliers au cours des prochaines années pour atteindre une offre suffisante d’apprentissages d’une durée de deux ans (et sanctionnés par une attestation). La campagne FORMATIONPROFESSIONNELLEPLUS.CH , menée par l’Office fédéral de la formation professionnelle et de la technologie (OFFT) et des organisations partenaires doit en représenter le coup d’envoi. suite

24 septembre 2007, Matthias Kuert Killer, Responsable politique sociale

Rapport du Conseil fédéral sur les mesures d’intégration : Une politique d’intégration active devrait ressembler à autre chose

La semaine passée, le Conseil fédéral a adopté le Rapport sur les mesures d’intégration. Une nouvelle fois, ce texte a souligné le rôle central de la formation professionnelle en faveur de l’intégration réussie des migrants. Pourtant, les mesures faisant suite à l’analyse restent frileuses. À cet égard, le Conseil fédéral aurait pu se montrer plus empressé à entreprendre quelque chose pour les jeunes étrangers. Travail.Suisse demande que la Confédération s’engage à former davantage d’apprentis provenant de milieux migrants et à soutenir d’une manière ciblée les mesures d’intégration prises par les cantons dans le domaine de l’école préparatoire.

27 août 2007, Matthias Kuert Killer, Responsable politique sociale

Rapport du Conseil fédéral sur les mesures d’intégration : Une politique d’intégration active devrait ressembler à autre chose

La semaine passée, le Conseil fédéral a adopté le Rapport sur les mesures d’intégration. Une nouvelle fois, ce texte a souligné le rôle central de la formation professionnelle en faveur de l’intégration réussie des migrants. Pourtant, les mesures faisant suite à l’analyse restent frileuses. À cet égard, le Conseil fédéral aurait pu se montrer plus empressé à entreprendre quelque chose pour les jeunes étrangers. Travail.Suisse demande que la Confédération s’engage à former davantage d’apprentis provenant de milieux migrants et à soutenir d’une manière ciblée les mesures d’intégration prises par les cantons dans le domaine de l’école préparatoire.

27 août 2007, Matthias Kuert Killer, Responsable politique sociale

Formation professionnelle : Le Conseil national est maintenant sollicité!

Les contributions que la Confédération affecterait à la formation professionnelle, selon le Message FRI, et qui ont été approuvées par le Conseil des États la semaine passée, sont bien inférieures à la part de la Confédération, fixée à 25 % dans la loi sur la formation professionnelle. Maintenant, le Conseil national est prié de veiller à ce que la Confédération respecte les engagements qu’elle a pris à l’égard de plus de 70’000 jeunes qui, chaque année, empruntent la voie de la formation professionnelle.

25 juin 2007, Matthias Kuert Killer, Responsable politique sociale

Il convient d’emprunter des voies novatrices pour lutter contre la discrimination, dans la recherche de places d’apprentissage

Lorsqu’il cherche une place d’apprentissage, quiconque porte le prénom de Mehmet ou de Nuran rencontre davantage de difficultés que d’autres jeunes. En effet, une forte discrimination est exercée à l’égard des jeunes ayant des noms à connotation étrangère et recherchant une place d’apprentissage. La Confédération, les cantons et les organisations faîtières se sont engagés, au sein du projet « Transition » proposé par la Conférence suisse des directeurs cantonaux de l’instruction publique, à prendre ensemble certaines mesures, afin qu’en 2015, 95 % au moins des jeunes adultes aient obtenu un certificat professionnel. Ce projet ne pourra réussir que si l’accès au marché des places d’apprentissage s’améliore pour les jeunes issus de milieux migrants. C’est pourquoi il faut désormais définir des mesures appropriées, également du côté des entreprises formatrices.

04 juin 2007, Matthias Kuert Killer, Responsable politique sociale

RSS | D | F | Info juridiques | Impressum | Sitemap | Full Site | LOGIN