Thèmes – Formation – Formation professionnelle

Dix thèses concernant la problématique des places d’apprentissage

L’été prochain encore, quelques milliers de jeunes ne pourront pas réaliser leur souhait d’entrer dans une place d’apprentissage. Ils seront mis à l’écart dans une file d’attente (année transitoire, offre de passerelles, 10e année de scolarité). Environ 22’000 jeunes gens sont déjà dans cette file. Les partenaires de la formation professionnelle (Confédération, cantons, organisations du monde du travail), mais aussi les habitants et habitantes de notre pays sensibilisés à ce problème, se posent à bon droit la question de savoir ce que l’on peut et ce que l’on doit entreprendre pour améliorer la situation. Travail.Suisse résume ici en dix thèses sa position sur ce thème.

Annexe Dimension

PD Dix thèses concernant la problèmatique des places d'apprentissage.doc 35 KB

07 mars 2005, Bruno Weber-Gobet, Responsable politique de formation Drucker-icon

Jeunes sans travail: Il est urgent d’agir

Les jeunes sont les plus touchés par le chômage. Environ 30’000 jeunes sont inscrits au chômage. Viennent s’y ajouter 10’000 qui bénéficient de mesures de formation continue ou d’occupation. En réalité, 60’000 jeunes cherchent une place d’apprentissage ou un emploi. suite

Pour Travail.Suisse, l’organisation faîtière des travailleurs-euses, il est urgent maintenant d’agir.

Faire un meilleur emploi des instruments existants

- Augmenter le nombre des promoteurs de places d’apprentissage. Les cantons sont appelés à puiser dans les ressources fédérales prévues à cet effet afin d’augmenter le nombre des promoteurs de places d’apprentissage.

- Utiliser les compétences du Conseil fédéral de manière plus concrète. Le Conseil fédéral doit lancer des projets clairement définis en collaboration avec la Commission fédérale pour la formation professionnelle.

- S’engager : un devoir des associations de branches. On demande aux milieux économiques davantage d’engagement et moins de critiques.

- Augmenter le nombre des semestres de motivation et des stages professionnels. Les jeunes doivent bénéficier en plus grand nombre des mesures d’emploi ciblées mises en place par l’assurance-chômage.

Prendre des mesures supplémentaires

- Doter les offres transitoires d’un mandat de formation. L’objectif consiste à transformer cette solution d’urgence qu’est l’année de transition en une année de formation reconnue.

- Fixer à trois pourcent la part des apprentis. Les grandes entreprises, Confédération et canton compris, doivent former au moins trois apprentis pour 100 employés.

- Mettre sur pied des projets spécifiques aux jeunes étrangers.

Que fait Travail.Suisse ?

- Former des apprentis et embaucher des jeunes.

- Promouvoir des places d’apprentissage par le biais des secrétaires régionaux/ales et des représentant(e)s des salarié(e)s.

- Intégrer de jeunes étrangers dans la formation professionnelle en transférant, dans les entreprises, des projets déjà en cours.

- Collaborer et redoubler d’efforts pour la mise en oeuvre des nouveaux instruments.

07 mars 2005, Bruno Weber-Gobet, Responsable politique de formation Drucker-icon