Thèmes – Politique sociale – AVS

Prévoyance vieillesse 2020 : Pilules amères pour les travailleurs et travailleuses

Travail.Suisse reconnaît la volonté de la Commission sociale du Conseil des Etats de rendre la réforme de la prévoyance vieillesse capable d’obtenir une majorité politique. La recette consistant à combiner des améliorations et des détériorations a marché lors de réformes précédentes et peut aussi réussir avec celle-ci. Mais après les propositions de la CSS-E, les travailleurs et travailleuses devraient avaler plusieurs pilules bien amères. C’est pourquoi, des améliorations sont nécessaires pour Travail.Suisse. suite

Les détériorations sont difficiles à digérer : le relèvement de l’âge de la retraite et la réduction drastique du taux de conversion minimal chargeront fortement les travailleurs et travailleuses. Des rentes plus basses menacent. Pour rendre acceptable un relèvement de l’âge de la retraite des femmes, il faut garantir l’égalité des salaires avec des mesures législatives, une meilleure couverture d’assurance pour les travailleuses et travailleurs à temps partiel et la mise à disposition d’une compensation sociale substantielle pour la retraite anticipée avant 65 ans pour les bas et moyens revenus. Il faut aussi que les employeurs garantissent l’emploi jusqu’à 65 ans. La Commission sociale a manqué de poser d’importants jalons avec la suppression de la déduction de coordination et avec des compensations ciblées pour l’âge de la retraite flexible.

La baisse drastique du taux de conversion minimal a des effets sur les rentes. Cette couleuvre est d’autant plus difficile à avaler du fait que, de l’autre côté, les sociétés d’assurance-vie tournées vers le profit s’en sortent sans dommage. Elles peuvent toujours faire des profits exagérés sur le dos des travailleurs et travailleuses avec l’assurance sociale prévoyance professionnelle à cause de la réglementation du «Legal Quote ». « Cela n’est pas une surprise, quelques Conseillers d’Etats se faisant les relais de l’industrie de l’assurance », souligne Matthias Kuert Killer, Responsable pour la politique sociale à Travail.Suisse. « Ces bénéfices exagérés restent inacceptables et devront être corrigés vers le bas au plus tard par le Conseil national. »

Pour qu’il n’y ait pas de baisses de rentes, il faut des mesures de compensation étendues. La Commission sociale ne l’a pas oublié. Sur ce point, l’augmentation annoncée des rentes de 70 francs dans l’AVS est réjouissante. Il est juste qu’une partie des mesures de compensation au moins se fasse dans le premier pilier. Ainsi l’argent est investi efficacement et profite à tous. Malgré tout, il faut aussi une contribution supplémentaire par le biais de Fonds de sécurité LPP. Car les pertes de rentes ne peuvent pas être seulement compensées par 70 francs de l’AVS.

Travail.Suisse suivra de près la suite des délibérations parlementaires. Sur la base des propositions de la CSS-E, il demeure possible de trouver à la fin un projet apte à recueillir une majorité. Mais des améliorations sont encore nécessaires. Travail.Suisse combattra avec détermination une détérioration au détriment des travailleurs et travailleuses.

Pour plus d’informations :
Martin Flügel, Président, tél. 079 743 90 05
Matthias Kuert Killer, Responsable de la politique sociale, tél. 079 777 24 69

17 août 2015, Matthias Kuert Killer, Responsable politique sociale

Réforme de la prévoyance vieillesse 2020 : la commission du Conseil des Etats doit entrer en matière

Le débat d’entrée en matière sur la réforme de la prévoyance vieillesse 2020 a lieu aujourd’hui dans la commission sociale du Conseil des Etats. Travail.Suisse demande aux Conseillers et aux Conseillères aux Etats de prendre leurs responsabilités et entrer en matière sur le paquet global. suite

Ce n’est qu’un paquet d’ensemble comprenant les éléments du 1er et 2ème pilier qui peut obtenir à la fin la confiance de la population. La garantie annoncée par le Conseil fédéral que les rentes ne seront pas réduites ne peut être tenue qu’avec l’adoption de toutes les mesures dans un paquet global. Mais si la population a l’impression que l’on pratique la tactique du salami, cela mine la confiance vis-à-vis de toute réforme. Travail.Suisse demande aux Conseillers et aux Conseillères aux Etats de surmonter le blocage qui existe depuis des années à ce sujet et d’entrer en matière sur le paquet dans son ensemble.

Pour plus d’informations :
Matthias Kuert Killer, tél. 031/370’21’11 ou 079/777’24’69

26 mars 2015, Matthias Kuert Killer, Responsable politique sociale

Donner une chance à la réforme

La réforme de la prévoyance-vieillesse 2020 ne répond certes pas à toutes les exigences des fédérations de travailleurs et travailleuses. Il n’empêche : le paquet de réforme présenté aujourd’hui par le Conseil fédéral au Parlement est une proposition de discussion très convenable. Grâce à la vision d’ensemble et à la procédure coordonnée entre le 1er et le 2ème pilier, il existe une marge de manœuvre pour briser les fronts les plus durs et pour parvenir à une réforme susceptible de recueillir une majorité politique. Pour Travail.Suisse, l’organisation faîtière indépendante des travailleurs et travailleuses, c’est en particulier le relèvement du legal quote à 92% qui est un pas dans la bonne direction. suite

L’intention des parlementaires bourgeois de déficeler le paquet ou de le renvoyer au Conseil fédéral est suicidaire pour la réforme. « Les représentants bourgeois prétendent qu’ils veulent sauver ainsi la réforme mais, en réalité, ils veulent l’enterrer dans l’espoir de pouvoir, plus tard, réduire les prestations plus facilement » indique Matthias Kuert Killer, responsable du dossier de politique sociale à Travail.Suisse. Une telle attitude est cynique et fait preuve d’irresponsabilité. Des réductions de rente ou un âge de la retraite plus élevé détériorent la qualité de vie de la population bien davantage que les revenus supplémentaires, modérés et nécessaire, prévus pour notre prévoyance vieillesse. Tant que l’économie n’est pas prête de miser sur les travailleurs plus âgés, l’âge de la retraite à 65 ans représente déjà un sérieux défi.

Le legal quote doit être relevé à 95%

En 2013, les assureurs-vie ont pompé 678 millions de francs du 2e pilier. Depuis l’introduction de la réglementation de la quote-part légale en 2005, ce sont en tout presque 4,3 milliards de francs qui sont passés de la prévoyance professionnelle aux assureurs-vie. Pour que cette pratique prenne fin, il faut relever le legal quote à 95%. La décision du Conseil fédéral de le relever dans le paquet de la réforme de la prévoyance-vieillesse à 92% est un pas dans la bonne direction.

Travail.Suisse va s’engager maintenant et plus tard contre toutes réductions de rente, contre un âge de la retraite plus élevé et pour un relèvement du légal quote à 95%. Nous sommes convaincus qu’une grande partie de la population est de notre côté.

Pour plus d’informations:
Matthias Kuert Killer, Responsable politique sociale
mobile 079 777 24 69
kuert@travailsuisse.ch

18 novembre 2014, Matthias Kuert Killer, Responsable politique sociale

Réforme prévoyance vieillesse 2020

24 mars 2014, Matthias Kuert Killer, Responsable politique sociale

Réforme de la prévoyance vieillesse 2020: Il faut un paquet global et un pourcent pour les « baby-boomer »

Travail.Suisse considère le paquet de réforme présenté par le Conseil fédéral comme une bonne base de discussion. En prévoyant un financement solide et large pour l’AVS et la garantie du niveau des rentes, le Conseil fédéral fait des pas importants pour la durabilité de la prévoyance vieillesse. L’organisation faîtière indépendante des travailleurs et travailleuses insiste : pour les années à forte natalité, il faut un pourcent pour les « baby-boomer ». Ce qui est aussi central, c’est de traiter au même moment les différentes mesures de la réforme dans un paquet global. Brandir seulement des thèmes isolés signifie l’échec de la réforme. Ce qui doit encore être amélioré concerne la compensation sociale de l’âge flexible de la retraite, le mécanisme d’intervention et les mesures d’accompagnement de l’âge de la retraite des femmes. suite

Travail.Suisse a publié aujourd’hui sa prise de position sur le paquet de réforme prévoyance vieillesse 2020. Le but de la réforme doit être de garantir le financement à long terme de la prévoyance vieillesse au moins au niveau actuel. Pour ce faire, il faut des revenus supplémentaires modérés. Travail.Suisse est convaincue que ces revenus supplémentaires affecteront beaucoup moins la qualité de vie des travailleurs et travailleuses que des réductions de rente ou des augmentations de l’âge de la retraite.

Il faut un paquet global

L’AVS et la prévoyance professionnelle doivent être réformées ensemble selon la volonté du Conseil fédéral. Travail.Suisse salue particulièrement cette façon de procéder. Du point de vue des travailleurs/euses, les 2 piliers forment une unité qui doit garantir le but constitutionnel de la « poursuite du niveau de vie approprié ». Seul un paquet global offre la marge de manœuvre suffisante pour parvenir à des solutions aptes à trouver une majorité. Une mise en avant d’un seul thème mène droit au blocage politique comme le passé l’a déjà montré.

Un pourcent « baby-boomer » pour l’AVS est nécessaire

Dans les deux prochaines décennies, les « baby-boomer » arriveront à l’âge de la retraite. Un relèvement de la TVA est dès lors inévitable. La population veut savoir concrètement pour quoi elle paie exactement. Avec un pourcent « baby-boomer », la population peut comprendre de façon très visuelle la nécessité d’un financement supplémentaire. C’est la raison pour laquelle le premier pourcent d’un relèvement de la TVA doit être réservé pour les « baby boomer ». Le pourcent pour la démographie qui avait été introduit à la fin des années nonante avait fait ses preuves et la population l’avait bien compris.

Oui à la flexibilisation mais seulement avec une compensation sociale efficace

Un relèvement de l’âge ordinaire de la retraite au-delà de 65 ans passe complètement à côté des réalités du monde du travail. Il manque tout simplement les emplois nécessaires pour les travailleurs les plus âgés. Un relèvement de l’âge de la retraite des femmes ne peut être discuté que si l’on garantit l’égalité salariale par la voie législative, que l’on assure mieux le travail à temps partiel et que l’on prévoie une compensation sociale substantielle en cas de retraite anticipée, en particulier pour les femmes. Travail.Suisse est ouvert sur le fond pour une flexibilisation de l’âge de la retraite, comprise entre 60 et 70 ans. Mais pour qu’un âge de la retraite flexible soit possible aussi pour les revenus modestes, il faut en outre une compensation sociale plus substantielle.

Taux de conversion minimal LPP : des réductions de rente sont tabou

Au vu de son importance socio-politique, il est indispensable que l’on continue de fixer le niveau du taux de conversion minimal par la loi. D’un point de vue technique, une certaine réduction est possible. Une baisse à 6 pourcent est cependant drastique et déclenche auprès des assurés un grand besoin d’explication. Le but constitutionnel de la poursuite du niveau de vie approprié n’est déjà qu’à peine atteint avec les réglementations actuelles. Travail.Suisse salue sur le fond les mesures de compensation prévues. La déduction de coordination plus basse et proportionnelle permettra de mieux assurer le travail à temps partiel. Cela a un effet positif avant tout pour les femmes.

Mieux contrôler les assureurs-vie

Travail.Suisse rend attentif sur les bénéfices disproportionnés des assureurs-vie dans le 2ème pilier. Une procédure déterminée dans ce domaine est centrale pour la réussite de la réforme. La quote-part légale doit être relevée à au moins 95% et les primes de risque abusives actuelles (protection en cas de décès et d’invalidité) doivent être nettement baissées. Les mesures du Conseil fédéral ne vont pas encore assez loin à cet égard.

Pour plus de détails:
Matthias Kuert Killer, Leiter Sozialpolitik, 079 777 24 69

24 mars 2014, Matthias Kuert Killer, Responsable politique sociale

RSS | D | F | Info juridiques | Impressum | Sitemap | Full Site | LOGIN