Thèmes – Travail

Stop à la tactique du salami

À l’avenir, les magasins des stations-service situés sur les aires des autoroutes et en bordure des grands axes routiers devraient pouvoir être ouverts 24 heures sur 24, 7 jours sur 7. Les partis bourgeois prévoient ainsi un nouvel assouplissement de l’interdiction du travail nocturne et du travail dominical. Travail.Suisse, l’organisation faîtière indépendante de 170‘000 travailleurs, s’oppose à cette nouvelle étape de libéralisation inutile, qui n’apporte aucune valeur ajoutée économique, qui affaiblit la protection des travailleurs et qui se fait totalement au détriment du personnel de vente.

16 mai 2011, Susanne Blank, Responsable politique économique

Il n’est pas nécessaire d’ouvrir les magasins 24 heures sur 24, 365 jours par an

Si l’on suivait la Commission de l’économie et des redevances du Conseil national, 1200 magasins seraient bientôt ouverts en Suisse 24 heures sur 24 pendant 7 jours de la semaine. Travail.Suisse, l’organisation faîtière indépendante des travailleurs, se mobilise pour lutter contre cette nouvelle étape de libéralisation inutile. La lutte pour gagner des parts de marché dans le commerce de détail n’apporte aucune valeur ajoutée économique et se fait totalement au détriment du personnel de vente.

08 novembre 2010, Susanne Blank, Responsable politique économique

Il faut juguler la dégradation des conditions de travail

Davantage de travail sur appel, la nouvelle génération de stages, les working poor et toujours plus d’activités professionnelles multiples: des mots clés qui effraient. La flexibilisation croissante des rapports de travail, l’ouverture du marché du travail et le taux de chômage élevé conduisent-ils à une dégradation rampante des conditions de travail ? Travail.Suisse, l’organisation faîtière indépendante de 170‘000 travailleurs, exige des réglementations visant à endiguer la flexibilisation, ainsi que des mesures permettant de renforcer la position des personnes concernées.

25 octobre 2010, Susanne Blank, Responsable politique économique

Révision de l’ordonnance 1 relative à la loi sur le travail (OLT 1)

09 avril 2010, Susanne Blank, Responsable politique économique

6 semaines de vacances pour tous: l’initiative sera déposée aujourd’hui

Aujourd’hui, Travail.Suisse, l’organisation indépendante des travailleurs et travailleuses, et ses fédérations affiliées, déposent à Berne à la Chancellerie fédérale leur initiative « 6 semaines de vacances pour tous » avec près de 108’000 signatures valables (photos en annexe). suite

La charge et le rythme de travail ont au cours de ces dernières années considérablement augmenter à la place de travail. On exige des travailleurs et travailleuses aujourd’hui une flexibilité très élevée et une grande capacité d’adaptation. Presque la moitié des personnes actives souffre de stress au lieu de travail. Cette pression du travail croissante coûte à l’économie suisse plusieurs milliards de francs par an.

Pour maintenir la capacité de prestation à long terme des travailleurs et travailleuses, une compensation sous la forme de plus de vacances est nécessaire. Avec plus de vacances, les travailleurs et travailleuses ont la possibilité pour un temps limité de s’extraire de la charge et du rythme trépidant de la journée de travail et de se reposer.

C’est la raison pour laquelle Travail.Suisse et ses fédérations affiliées ont lancé l’initiative « 6 semaines de vacances par an. » Le but de l’initiative est d’augmenter de 4 à 6 semaines le droit minimal fixé par la loi aux vacances.

Aujourd’hui (14h30), les initiants déposent l’initiative populaire auprès de la Chancellerie fédérale. Plus de 126’000 personnes ont signé l’initiative et près de 108’000 signatures valables ont été remises à la Chancellerie fédérale. Les thèmes de la charge du travail et du repos figurent désormais à l’agenda politique.

26 juin 2009, Martin Flügel, Président

RSS | D | F | Info juridiques | Impressum | Sitemap | Full Site | LOGIN