Thèmes – Travail

Un aperçu d’un autre monde, au bout de 100 jours

Au cours des 100 jours qui se sont écoulés depuis le 1er septembre, le monde a profondément changé. La crise financière a jeté par-dessus bord les dogmes de l’idéologie néolibérale. L’Etat n’est plus « le méchant », il est le sauveteur avant le naufrage. Et les perspectives conjoncturelles se sont détériorées, passant d’« assombries » à catastrophiques. Les défis à court terme ont augmenté, mais il ne faut pas perdre de vue les objectifs à long terme.

19 décembre 2008, Martin Flügel, Président

Oui à la libre circulation des personnes: des contrôles qui ont fait leurs preuves au lieu d’expérimentations incontrôlables

Travail.Suisse, l’organisation faîtière indépendante des travailleurs et travailleuses, dit oui à la reconduction et à l’extension de la libre circulation des personnes avec l’UE. Un oui à la libre circulation des personnes est d’autant plus important pour les travailleuses et travailleurs que la situation économique devient de plus en plus difficile. Seul un oui va permettre de contrôler et protéger en pleine récession les salaires et les conditions de travail. En outre, les accords bilatéraux renforcent la probabilité de voir la crise et le chômage se résorber plus rapidement. suite

Les travailleuses et travailleurs craignent pour leur emploi et ont peur de la concurrence. Ces préoccupations sont à prendre au sérieux. Mais pour Travail.Suisse, ces temps difficiles sur le plan économique charrient justement aussi de bons arguments en faveur de la libre circulation des personnes.

Au lieu de promesses creuses, des instruments qui ont fait leurs preuves
L ‘UDC promet aux travailleuses et travailleurs que leur non va permettre d’éliminer sur le marché du travail la concurrence étrangère. Mais c’est une promesse creuse. Il est difficile de savoir ce que signifierait un non à la libre circulation des personnes, en considération de l’accès au marché suisse du travail. Les conséquences pour les travailleurs et travailleuses sont totalement imprévisibles. En disant oui à la libre circulation des personnes, Travail.Suisse veut maintenir les contrôles du marché du travail qui ont fait leurs preuves et combattre avec efficacité une détérioration des conditions de travail, justement en ces temps difficiles qui s’annoncent, où la pression sur les salaires et les conditions de travail est encore plus forte.

Endiguer la crise – garantir des places de travail
Nous pouvons présumer aujourd’hui que la situation sur le marché suisse du travail va s’améliorer en l’espace d’un à deux ans. Par contre, si les accords bilatéraux sont rompus, nous devons nous attendre à ce que le ralentissement conjoncturel débouche sur une crise structurelle et à ce qu’une longue période de chômage élevé touche la Suisse, ce qui ne serait pas dans l’intérêt des travailleuses et travailleurs.

15 décembre 2008, Martin Flügel, Président

Eviter des réactions de panique

Le marasme économique touche le marché du travail. En l’espace d’un mois, le nombre de chômeurs s’est accru de 7’200 personnes, ce qui représente une augmentation du chômage de 2,5 à 2,7%. Travail.Suisse, l’organisation faîtière indépendante des travailleurs et travailleuses appelle les entreprises à ne pas supprimer des places de travail de façon précipitée. La détérioration conjoncturelle doit être combattue, en cas de nécessité, par l’instrument du chômage partiel. suite

Le taux de chômage a augmenté au cours du mois précédent de 7’200 personnes, soit 0,2% à 2,7%. Corrigé des variations saisonnières, le chômage a augmenté de 3000 personnes environ. Cela signifie que la détérioration conjoncturelle se répercute déjà sur le marché du travail.

Garder la tête froide
Les mauvaises nouvelles sur la crise économique mondiale se multiplient, de nombreux Etats voisins sont déjà entrés en récession. L’économie suisse avec sa croissance nulle au troisième trimestre 2008 se tient encore assez bien en comparaison. Certes, les grandes banques et plusieurs assureurs sont asphyxiés et la situation des commandes s’est détériorée dans l’industrie d’exportation. Travail.Suisse demande dès lors aux entreprises d’éviter des réactions de panique et de ne pas supprimer précipitamment des emplois.

Introduire le chômage partiel en cas de nécessité
Au mois de septembre, le nombre de personnes concerné par le chômage partiel a augmenté de 86%, le nombre des entreprises concernées de 25%. Au cours des prochains mois, le chômage partiel va continuer à augmenter. Travail.Suisse considère cet instrument comme adéquat. Par ce biais, on peut combattre l’affaiblissement conjoncturel en évitant de licencier prématurément.

09 décembre 2008, Susanne Blank, Responsable politique économique

Remettre l’économie mondiale sur les rails de la croissance et de l’emploi

L’architecture financière internationale doit être réformée et la voix des travailleurs/euses prise en compte pour sortir l’économie mondiale de la récession.

24 novembre 2008, Denis Torche, Responsable politique environnementale, fiscale et extérieure

Les mesures d’accompagnement sont élémentaires pour protéger contre le dumping salarial et social

L’histoire de la libre circulation des personnes est aussi celle des mesures d’accompagnement. Comment convient-il d’évaluer ces mesures près de quatre ans après leur mise en vigueur? Et que signifierait un éventuel abandon de l’ensemble des instruments que constituent les mesures d’accompagnement?

24 novembre 2008, Susanne Blank, Responsable politique économique

RSS | D | F | Info juridiques | Impressum | Sitemap | Full Site | LOGIN