Thèmes – Travail – Marché du travail

Libre circulation des personnes : Nécessité d’agir au chapitre des mesures d’accompagnement

Le trimestre prochain, le Parlement décidera de la prolongation de l’Accord sur la libre circulation des personnes et de son extension à la Roumanie et à la Bulgarie. Pour Travail.Suisse, l’association faîtière des travailleurs et travailleuses, la situation est claire : il ne peut y avoir de décision de politique étrangère si, en politique nationale, on ne comble pas les lacunes constatées au chapitre des mesures d’accompagnement et qu’on n’améliore pas leur mise en œuvre.

Annexe Dimension

PD Nécessité d'agir au chapitre des mesures d'accompagnement.doc 47 KB

11 février 2008, Susanne Blank, Responsable politique économique Drucker-icon

Poursuivre la libre circulation des personnes, renforcer le nombre des contrôles

La Suisse a choisi la voie bilatérale. Dès lors, il n’est que logique et cohérent de poursuivre l’accord sur la libre circulation des personnes et de l’étendre également à la Bulgarie et à la Roumanie. Afin de pouvoir remporter l’imminente votation populaire, le Conseil fédéral doit en assumer la responsabilité, de toute urgence, au plan national. Il faut mettre en œuvre avec rigueur les mesures d’accompagnement et accroître le nombre des contrôles.

Annexe Dimension

PD Libre circulation des personnes.doc 45 KB

28 janvier 2008, Susanne Blank, Responsable politique économique Drucker-icon

Poursuivre la libre circulation des personnes, renforcer le nombre des contrôles

La Suisse a choisi la voie bilatérale. Dès lors, il n’est que logique et cohérent de poursuivre l’accord sur la libre circulation des personnes et de l’étendre également à la Bulgarie et à la Roumanie. Afin de pouvoir remporter l’imminente votation populaire, le Conseil fédéral doit en assumer la responsabilité, de toute urgence, au plan national. Il faut mettre en œuvre avec rigueur les mesures d’accompagnement et accroître le nombre des contrôles.

Annexe Dimension

PD Libre circulation des personnes.doc 45 KB

28 janvier 2008, Susanne Blank, Responsable politique économique Drucker-icon

Poursuivre la libre-circulation des personnes, renforcer le nombre de contrôles

La Suisse a choisi la voie bilatérale. Il est donc logique de reconduire l’accord sur la libre circulation des personnes et de l’étendre aussi à la Roumanie et à la Bulgarie. Pour gagner la votation populaire annoncée, le Conseil fédéral doit prendre sans délais la responsabilité de politique intérieure. Travail.Suisse demande que l’on mette rigoureusement en œuvre les mesures d’accompagnement et que l’on augmente le nombre de contrôles. suite

La Suisse a choisi la voie bilatérale avec son partenaire commercial le plus important. L’accord sur la libre circulation des personnes fait partie des relations bilatérales avec l’UE. Le Parlement décidera au cours du premier semestre de cette année sur la reconduction de la libre circulation des personnes et l’extension à la Roumanie et à la Bulgarie. L’UDC a déjà annoncé le référendum. Le peuple décidera donc une fois encore sur la libre circulation des personnes et – par le biais de la clause guillotine – sur l’ensemble des accords bilatéraux.

Le talon d’Achille de la libre circulation des personnes

La libre circulation des personnes est aussi pour Travail.Suisse un thème très sensible. L’immigration en provenance de l’UE a, au cours des dernières années, fortement augmenté en raison des conditions d’admission facilitées et de la bonne situation conjoncturelle. Pour empêcher les abus et le dumping salarial, on a renforcé encore les mesures d’accompagnement, sous la pression des syndicats, pour le milieu 2006. Les premières expériences montrent toutefois que cela n’est pas encore suffisant. Le Conseil fédéral doit prendre au sérieux sa responsabilité de politique intérieure : pour pouvoir gagner la votation populaire qui s’annonce sur la libre circulation des personnes, il faut encore renforcer les mesures d’accompagnement. Il faut en particulier augmenter très fortement le nombre de contrôles et renforcer les sanctions.

23 janvier 2008, Susanne Blank, Responsable politique économique Drucker-icon

Poursuivre la libre-circulation des personnes, renforcer le nombre de contrôles

La Suisse a choisi la voie bilatérale. Il est donc logique de reconduire l’accord sur la libre circulation des personnes et de l’étendre aussi à la Roumanie et à la Bulgarie. Pour gagner la votation populaire annoncée, le Conseil fédéral doit prendre sans délais la responsabilité de politique intérieure. Travail.Suisse demande que l’on mette rigoureusement en œuvre les mesures d’accompagnement et que l’on augmente le nombre de contrôles. suite

La Suisse a choisi la voie bilatérale avec son partenaire commercial le plus important. L’accord sur la libre circulation des personnes fait partie des relations bilatérales avec l’UE. Le Parlement décidera au cours du premier semestre de cette année sur la reconduction de la libre circulation des personnes et l’extension à la Roumanie et à la Bulgarie. L’UDC a déjà annoncé le référendum. Le peuple décidera donc une fois encore sur la libre circulation des personnes et – par le biais de la clause guillotine – sur l’ensemble des accords bilatéraux.

Le talon d’Achille de la libre circulation des personnes

La libre circulation des personnes est aussi pour Travail.Suisse un thème très sensible. L’immigration en provenance de l’UE a, au cours des dernières années, fortement augmenté en raison des conditions d’admission facilitées et de la bonne situation conjoncturelle. Pour empêcher les abus et le dumping salarial, on a renforcé encore les mesures d’accompagnement, sous la pression des syndicats, pour le milieu 2006. Les premières expériences montrent toutefois que cela n’est pas encore suffisant. Le Conseil fédéral doit prendre au sérieux sa responsabilité de politique intérieure : pour pouvoir gagner la votation populaire qui s’annonce sur la libre circulation des personnes, il faut encore renforcer les mesures d’accompagnement. Il faut en particulier augmenter très fortement le nombre de contrôles et renforcer les sanctions.

23 janvier 2008, Susanne Blank, Responsable politique économique Drucker-icon