Thèmes – Travail – Salaires

Le dumping salarial étant en augmentation, il s’agit de renforcer les mesures d’accompagnement

Travail.Suisse, l’organisation faîtière indépendante de 170‘000 travailleurs, est inquiète des résultats du Rapport FlaM 2011: les cas de dumping salarial ont continué d’augmenter massivement. Certes, ils sont sanctionnés, mais seule la moitié des entreprises appartenant aux branches qui ont des conventions collectives s’acquittent des peines conventionnelles. 42 % des procédures de conciliation engagées avec des employeurs suisses restent sans résultat. Travail.Suisse exige que l’on intervienne plus énergiquement en matière de sanctions et que la base légale soit améliorée.

30 mai 2011, Susanne Blank, Responsable politique économique

Un renforcement des sanctions est inévitable

Travail.Suisse, l’organisation faîtière indépendante des travailleurs et travailleuses, est préoccupée par les résultats du rapport FLaM 2010: le dumping salarial a continué d’augmenter. On prend certes des sanctions mais seulement la moitié des entreprises soumises à des conventions collectives de travail (CCT) ont payé les amendes conventionnelles. 42 pourcent des procédures de conciliation avec les employeurs suisses restent sans succès. Travail.Suisse demande un clair renforcement des sanctions. suite

Le nombre de séjours de courte durée soumis à l’annonce a augmenté au cours de l’an passé à 147’116 personnes et a dépassé ainsi le niveau atteint de l’année d’avant crise 2008.

Le dumping salarial augmente
Les cantons constatent dans les branches sans conventions collectives de travail une augmentation du dumping salarial chez les employeurs suisses de 4 à 6 pourcent. Dans les branches avec des CTT déclarées de force obligatoire, on a constaté que 41 pourcent des employeurs suisses contrôlés pratiquaient le dumping salarial (plus 12 pourcent par rapport à 2009). Le nombre de faux indépendants a également augmenté.

Renforcer les sanctions et les exécuter immédiatement
Il existe en outre des problèmes d’exécution des sanctions: dans les branches qui ont une CCT, seulement 52% des entreprises fautives environ paient les amendes et les peines conventionnelles. Seulement 58 pourcent des procédures de conciliation avec les employeurs suisses qui ont pratiqué le dumping salarial ont abouti. C’est pourquoi Travail.Suisse demande des renforcements des mesures d’accompagnement qui aient un effet vraiment dissuasif :

- Les faux indépendants doivent être immédiatement renvoyés et se voir appliquer une interdiction de travail pour plusieurs années. A cet égard, il faut renforcer les effectifs de la police des étrangers.

- Il faut cesser désormais la procédure de conciliation avec les employeurs suisses. Dans le même temps, il faut introduire tout de suite des amendes minimales dissuasives (par ex. 100’000 francs) pour le dumping salarial pratiqué par les employeurs suisses.

Ce n’est qu’avec une bonne protection des salaires en Suisse que la libre-circulation des personnes continuera à recueillir une majorité politique à long terme. Il est temps que les employeurs en soient enfin vraiment conscients.

03 mai 2011, Susanne Blank, Responsable politique économique

2011 : Année des droits des femmes. Année de l’égalité ?

Cette année est celle de plusieurs jubilés marquants sur le long combat des femmes de notre pays pour obtenir les mêmes droits que les hommes. C’est l’occasion idéale de dresser un bilan en matière d’égalité. Si les droits ont été presque tous mis à niveau, il n’en va pas de même dans le monde du travail où les inégalités persistent. De nos jours, elles sont devenues plus subtiles mais elles concernent tout le monde, les hommes comme les femmes.

17 janvier 2011, Valérie Borioli Sandoz, Responsable politique d'égalité

Résultats des négociations salariales 2011 : Des négociations salariales dans l’ensemble satisfaisantes

Les négociations salariales 2011 ont eu lieu dans un contexte de reprise économique. Travail.Suisse, l’organisation indépendante de 170’000 travailleurs et travailleuses juge comme satisfaisants dans l’ensemble les résultats des négociations salariales. Les salaires des travailleurs et travailleuses augmentent au début 2011 entre 1.5 et 2.5 pourcent. suite

Les négociations salariales 2011, annoncées par Travail.Suisse et les fédérations qui lui sont affiliées Syna, transfair et Hotel & Gastro Union au début du mois d‘août, furent placées sous le signe de la reprise économique.

Dans l’artisanat les travailleurs/euses ont pu obtenir des augmentations salariales comprises entre 1,5 et tout juste 3 pourcent. Ce n’est que dans le secteur principal du bâtiment qu’aucun accord n’a pu être trouvé, la recommandation des entrepreneurs d’augmenter les salaires de 1 pourcent est insuffisante.

Dans le commerce de détail la conclusion des négociations est convaincante à la COOP avec des adaptations comprises entre 2 et 3 pourcent. La nouvelle convention collective de travail du discounter Lidl est aussi réjouissante.

Dans les hôpitaux et les homes les augmentations sont dans la plupart des cas individuelles et ne donnent guère matière à satisfaction.

Dans l’hôtellerie et la restauration aucune négociation salariale n’a été menée pour 2011. L’évaluation de la nouvelle convention collective de travail est positive.

Dans l’industrie, on constate malgré la reprise économique toujours une certaine retenue salariale. Les augmentations salariales sont comprises entre 1 et 2 pourcent. En outre, la tendance critique à verser des primes uniques et des bonus se poursuit.

Dans le service public les résultats des négociations salariales sont pour la plupart satisfaisants: la Poste accorde en moyenne 1.8 pourcent, les CFF environ 1.5 pourcent, Swisscom 2.6 pourcent. Mais il faut regretter que les augmentations salariales sont moins octroyées de façon générale et davantage discutées individuellement.

Des primes d’assurance-maladie plus élevées, le relèvement de la TVA et des déductions salariales supplémentaires grèveront le portemonnaie. Mais en même temps, en raison du renchérissement relativement faible de 0,7%, la plupart des travailleurs et travailleuses gagneront un peu plus en termes réels l’an prochain.

20 décembre 2010, Susanne Blank, Responsable politique économique

De sérieuses hausses de salaire sont possibles !

L’économie suisse renoue avec la croissance. Les négociations salariales 2011 se placent sous le signe de la reprise économique. Travail.Suisse et Syna, Transfair et Hotel & Gastro Union, fédérations qui lui sont affiliées, revendiquent de sérieuses hausses de salaire pour les travailleurs et travailleuses. C’est réalisable sur le plan économique et sensé sur le plan de la politique conjoncturelle. suite

Maintenir le pouvoir d’achat
Au cours de cette année, les travailleurs et travailleuses doivent assumer une perte de salaire réel. Il s’agit de compenser entièrement le renchérissement pour 2011 et de maintenir le pouvoir d’achat.

Rattraper le retard salarial
Le bilan des hausses de salaire de ces dernières années est insuffisant. Malgré la reprise économique, les effectifs n’ont pas encore été renforcés. La productivité du travail à titre individuel continue d’augmenter. Cette prestation de travail élevée doit donc être honorée par une augmentation du salaire réel.

Adapter les taux d’augmentation des salaires
Il est inadmissible que les managers continuent de mener la grande vie alors que leurs collaborateurs doivent encore endurer une situation difficile. Les taux d’augmentation des salaires des travailleurs et travailleuses doivent être ajustés à ceux des managers.

Etayer la consommation
Des contributions en augmentation grèvent le budget des ménages en 2011. Il est indispensable d’augmenter réellement les salaires des travailleurs et travailleuses afin que la consommation privée reste le pilier de la croissance économique. Il faut renoncer à des programmes d’économie imposés par l’Etat.

Des hausses de salaire sont possibles et nécessaires
Des hausses de salaire réel de 1-2 pour cent sont justifiées. En premier lieu, elles doivent être effectives à titre collectif et être accordées régulièrement, à la place de versements uniques.

La 4e révision de la Loi sur l’assurance-chômage affaiblit les travailleurs et travailleuses
Le démantèlement radical des prestations et l’assainissement des dettes qui se fait avec lenteur vident l’assurance-chômage de sa substance. Corollaire : la protection des travailleurs et travailleuses face au chômage se liquéfie et la situation des personnes actives s’affaiblit en Suisse.

02 août 2010, Susanne Blank, Responsable politique économique

RSS | D | F | Info juridiques | Impressum | Sitemap | Full Site | LOGIN